L’Etat d’urgence a encore frappé au Pays basque

Cette nuit à Louhossoa au Pays basque, des personnalités de la société civile basque ont pris les choses en main afin d’engager plus encore le processus de paix au Pays basque en détruisant une partie du stock d’armes d’ETA. Ils ont été arrêtés par Paris et Madrid, entravant ainsi le processus de Paix souhaité par la société civile basque.

 © bake bidea © bake bidea

 

Cette nuit, des personnalités de la société civile basque* ont pris les choses en main afin d’engager plus encore le processus de paix au Pays basque en détruisant une partie du stock d’armes d’ETA. 

Ils ont été arrêtés, le Ministère de l’intérieur se fendant d’un communiqué les assimilants directement à l’organisation ETA alors même qu’un processus de paix est en cours.

En 2011, depuis Saint Sébastien , Kofi Anan , l’ancien secrétaire général de l’ONU, Pierre Joxe , ancien ministre de l’intérieur, ou des Irlandais comme Gerry Adams ou l’ancien premier ministre Berthie Aihern exhortent l’ETA a cessé le combat lors de la Conférence internationale d’Aiete.

La Communauté internationale et la société civile se sont engagées à accompagner ce processus de résolution. Ils ont ainsi proposé une feuille de route à laquelle le groupe armé ETA a répondu par l’arrêt définitif de sa lutte armée et la volonté de dialoguer avec les Etats français et espagnol.

Depuis, plus aucun attentat.

Un long processus de réconciliation s’est mis en place depuis. Il réunit des associations, des militants en dehors de tout cadre institutionnel, et dans le plus grand silence médiatique.

Le 11 juin 2015, l’assemblée nationale accueillait même en son seing et pour la première fois, une conférence humanitaire pour la paix au Pays basque à laquelle participaient entre autre Pierre Joxe, Michel Tubiana, Bertie Ahern, Brandon Hamber, Gabriel Mouesca etc ..

La répression des états français et espagnol a cependant continué, éloignement des prisonniers basques (plus de 400 sont encore dans les prisons espagnoles et françaises), arrestations et refus de s’engager dans le processus de paix

Cette nuit à Louhossoa, l’opération policière présentée par Paris et Madrid comme un coup dur contre l’organisation clandestine et séparatiste basque espagnole est en fait une opération politique menée sous couvert d’état d’urgence visant un blocage totale du processus de paix et une criminalisation des militants non-violent que sont Jean-Noël Etcheverry, Mixel Berhocoirigoin et leurs compagnons.

Il n’ y a aucun doute dans le fait que les personnalités présentes hier soir sont les dignes représentantes de la volonté de la société civile basque à vivre en paix.

Libérez les faiseurs de paix et asseyez - vous autour de la table.

 

Voir les lettres d’explications :

http://mediabask.naiz.eus/media/asset_publics/resources/000/349/272/original/philosophie_de_marche.pdf

Signer la pétition :

http://artisansdelapaix.wesign.it/fr

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.