La FIFA , les USA , et la défense de la démocratie

Un petit rappel en préambule


Voici  ... " une chronologie non-exhaustive des différentes interventions impérialistes des États-Unis dans le monde depuis le Manifest Destiny de 1845. Une idéologie de colonisation, sous la présidence de James Polk, selon laquelle les États-Unis ont pour mission divine d'apporter la démocratie et la civilisation vers l'Ouest, sur les terres amérindiennes. Au début du XXème siècle, le président Théodore Roosevelt a repris le concept afin de justifier l'expansionnisme et l'interventionnisme des États-Unis hors de ses frontières quand les intérêts américains étaient menacés. Il déclara notamment :
« Je crois que Dieu a présidé à la naissance de cette nation
et que nous sommes choisis pour montrer la voie aux nations du monde dans leur marche sur les sentiers de la liberté. » "
...
...  (Lire la suite sur https://mecanoblog.wordpress.com/2010/03/25/chronologie-des-interventions-americaines-dans-le-monde/?blogsub=confirming#blog_subscription-3 )

Notons que les "armes" de ces guerres américaines évoluent : du bon vieux colt ou autre winchester,  à l'animation souterraine de"révolutions de couleur"  qui présentent l'avantage certain de n'avoir pas à  mobiliser un trop grand nombre de combattants américains (la guerre du Viet Nam ayant provoqué un éclair de lucidité dans la population américaine et une désapprobation générale  clairement exprimée  ) , en passant par la bombe atomique dont tout le monde aujourd'hui s'accorde à  bannir l'usage (surtout ceux qui l'ont déjà en leur possession!...)  , en passant  par la maîtrise de certaines ONG qui , étrangement, semblent aller parfois à contre courant des options de justice mises en exergue ( Syrie : Pour qui roule Amnesty International ? - Billet rédigé après la publication du rapport d’Amnesty International...)     .

Et nous y voilà: les guerres entreprises pour des finalités soi disant humanitaires comme "protéger la population" d'un méchant "dictateur" , instaurer "la démocratie" sont des arguments qui convainquent de mois en moins de crédules d'autant plus que les dirigeants Etats uniens ont de plus en plus de mal à le cacher, et le proclament même comme entre autres George Friedman, directeur de la société de renseignement et d’analyse Stratfor, dite la « CIA de l'ombre », au Council on Foreign Relations de Chicago: Dans son discours au Council il explique comment Washington peut conserver sa domination sur la planète. Il identifie également les ennemis potentiels des USA. Car, n'est-ce pas, la mission civilisatrice de l'Amérique a le droit sinon le devoir d'utiliser tous les moyens pour vaincre l'obscurantisme du reste du monde  même si c'est  "c’est cynique, amoral" du moment que "ça marche" » !   ...

  RESUMONS DONC:     Les USA seraient donc en guerre perpétuelle depuis 170 ans pour sauver les peuples et la démocratie...
L' article du NYT ci dessous illustre par quelques détails  les objectifs et les moyens actuellement en vogue sur une nouvelle cible: la planète SPORT dans laquelle la FIFA occupe une place prépondérante : l'organisation brasse des milliards, et de plus rassemble l'ensemble des pays du monde...


L'article :

 Pour le NYT, le fait que chaque membre de la FIFA ait une voix et que le vote soit secret est « étrange »

Sur ARRÊT SUR INFO Par Moon of Alabama le 31 mai 2015

Le New York Times avait été informé à l’avance que les raids de la police suisse allaient avoir lieu sur instruction des Etats-Unis contre les fonctionnaires de la FIFA à Genève. Le journal semble en vouloir à l’association de football parce que la candidature des USA à la Coupe du Monde 2022 n’a pas été retenue.

Il est évident que les États-Unis essaient d’installer leur propre marionnette au sommet de la FIFA. Leur candidat est un membre de la famille royale corrompue de Jordanie. Ce n’est pas que les États-Unis soient contre la corruption. Qu’en serait-il aujourd’hui si la FIFA, comme certaines grosses banques, avait donné de l’argent à la Fondation Clinton, à la bibliothèque présidentielle d’Obama ou avait fait du «lobbying» auprès de députés et de sénateurs? La corruption n’est pas un problème pour les États-Unis tant qu’elle sert leurs intérêts. Mais les règles de la FIFA telles qu’elles sont ne permettent pas aux Etats-Unis d’y faire la loi.

fifa

Les élections n’inquiètent pas Sepp Blatter.

Le scandale n’a pas changé l’ « étrange » comptage mathématique de la FIFA : le soutien européen au prince Ali bin al-Hussein n’a pas réussi à l’emporter sur le soutien à Blatter de beaucoup de petits pays.

La raison en est, selon le New York Times, «l’étrange système électoral de la FIFA».

Qu’y a-t-il d’ étrange avec le calcul mathématique de la FIFA ?

Les membres de la FIFA sont les associations nationales de football. Chacune a un vote. Le vote est secret.

Imaginez cela. Chaque membre dispose d’une voix égale et peut voter comme il aime sans aucun véritable moyen de pression sur elle. C’est étrange ? De la pièce NYT:

  1. Blatter est largement pressenti pour remporter un cinquième mandat le vendredi – lors d’un vote miles seulement de l’hôtel de luxe où les arrestations de mercredi ont eu lieu – en partie à cause des mathématiques électorale de la FIFA. Le président de la FIFA est élu par un scrutin un vote-par-pays de ses 209 fédérations membres, ce qui rend les nombreux petits pays qui soutiennent M. Blatter un contrepoids efficace à son impopularité ailleurs, notamment en Europe. 

Un pays, un vote est en effet une étrange mathématique. Imaginez l’ONU géré de cette façon. Comment les États-Unis et d’autres membres du Conseil de sécurité pourraient-ils imposer leur volonté si chaque pays avait un véritable vote?

Il n’y a aucune proposition dans l’article du NYT sur la façon de changer cette étrange mathématique. Comment les États-Unis voudrait-ils organiser les votes ? Que les pays soient classés en fonction de leur population? La Chine, l’Inde, le Nigeria, le Brésil aimeraient certainement un tel classement. Mais leurs votes n’iraient probablement pas dans le sens voulu par les Etats-Unis. Si les pays étaient classés en fonction de la popularité du football ou leur succès historique local le Portugal ou un autre petit pays pourraient alors avoir le plus de poids; et le vote des États-Unis serait classé quelque part à la fin de la liste.

Non, il n’y a pas de meilleure façon de diriger la FIFA que la façon dont il est géré aujourd’hui. Une Coupe du Monde est une entreprise milliards de dollars. L’argent recueilli par la FIFA par le biais de licences de télévision, la publicité et le marchandisage reflue aux fédérations nationales de football. Ils sont censés utiliser pour soutenir et promouvoir le sport. Malheureusement une certaine corruption est inévitablement impliqué dans une telle entreprise énorme et complexe. Le monde devra vivre avec cela. L’alternative est de renoncer au contrôle de football pour probable que certains conglomérat totalement inexplicable, sous contrôle américain. Ce serait la fin de la partie.

J’ai suggéré que l’assaut américain sur la FIFA, pour des affaires de corruption remontant au début des années 1990, arrive maintenant parce que la FIFA doit voter sur une proposition palestinienne d’expulsion d’Israël pour entrave au football palestinien. Arracher la Coupe du Monde 2018 à la Russie est une objectif  commode, mais secondaire. Admettant qu’il est coupable d’entraver le football palestinien, Israël a fait  des concessions dans le but de prévenir un vote pour l’évincer de la FIFA. Mais ces concessions ne sont vraisemblablement pas suffisantes:

Une source rapporte que le président de la FIFA Sepp Blatter a salué la proposition d’Israël, mais a souligné qu’il aurait besoin du consentement de Rajoub [président de l'Association palestinienne de football] avant de retirer de l’agenda de la FIFA le vote sur l’interdiction Israël.

La source rapporte que Rajoub a adhéré, mais il a ajouté une autre demande – à savoir que la FIFA demande au Secrétaire des Nations Unies Ban Ki-moon, de promulguer une décision dans les trois mois touchant les cinq équipes israéliennes basées dans les colonies de Cisjordanie.

Les règlements de la FIFA stipulent que les équipes qui ne sont pas situées en territoire israélien exigent le consentement des Palestiniens pour participer à des ligues israéliennes. Du moment que l’ONU ne reconnaît pas la Cisjordanie comme faisant partie d’Israël, la décision doit de facto forcer la fédération de football d’Israël à expulser ces équipes de la ligue ou de courir le risque de casser les règles de la FIFA.

Les Palestiniens devraient s’en tenir à cette demande. Israël, comme l’Afrique du Sud de l’apartheid, devrait être expulsé de la FIFA. Il doit y avoir aucune tolérance pour le racisme dans le sport professionnel le plus aimé du monde.

Moon of Alabama | 29 mai 2015 - Traduction : Dominique Muselet - Source: http://www.moonofalabama.org/2015/05/imperial-nyt-each-fifa-member-one-secret-vote-is-strange-electoral-math.html

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.