La crise des migrants et sa gestion par l'Union européenne. Alain Marsaud (1/9/15 Talk Orange)

Mr Marsaud, rappelle les origines (Sykes Picot) de ce qui se passe au Moyen Orient , et aussi la responsabilité de la politique étrangère actuelle ou récente (depuis 2007) .
Comme toujours, il y en a qui regardent ou tentent d'attirer l'attention seulement sur le doigt qui montre la lune : pour sourire, il suffit de lire "le Lab" ou le Huff' ... Une presque diffamation, qui semble traquer le chaland de passage pour ""l'aider à forger son jugement " à partir d'une documentation très partielle, qui change totalement le sens des mots isolés du contexte.. L'artifice est connu , qui permet de manipuler l'opinion.

Pour en revenir au contenu de l'intervention d'A Marsaud : Oui, Il y a des marches arrières difficiles.

En route vers la réalisation de la prophétie - dont on pourrait presque penser que c'est devenu un projet - " PANEUROPE" du très vieux (mort depuis des lustres mais il a laissé une trace ) et trop peu connu par les populations : COUDENHOVE-KALERGI?

On dirait presque que tout ce qui a été fait pendant quelques siècles, en toute "naïveté colonisatrice" et prédatrice , parfois même génocidaire, y a contribué.

Le plus curieux , tout de même, c'est qu' aujourd'hui il y en a qui persévèrent contre tout bon sens: comme cet actuel ministre Français des affaires étranges qui affirme "AL NOSTRA FAIT DU BON TRAVAIL " et n'a pour obsession que d'abattre Assad , comme Khadafi a été abattu par un président précédent... avec le résultat que l'on sait, tant pour les Libyens, que pour la maîtrise des immigrations...

 

  Invité du Talk ce mardi 1 septembre , le député les Républicains des Français de l’étranger est revenu sur la crise des migrants et sa gestion par l'Union européenne.


Difficile à saisir  sur mediapart la vidéo est accessible ici : http://blogdejocelyne.canalblog.com/preview/32588699.html?pkey=ht3XlI3Z25WZlJbflcjQnITaz5yMwtKbld7VloTc2JyCyJ8=





 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.