jocegaly
Abonné·e de Mediapart

182 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2015

NSA: «Nous allons passer du rôle de vassal à serf» dit un expert en Intelligence économique, Christian Harbulot

jocegaly
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Petit préambulle illustré:
Difficile d'en rajouter à cet article et à ceux dont le lien est posé à la suite... Sauf à se demander s'il s'agit de "naïveté": il y a bien longtemps que les gouvernants de la France ne résistent plus aux injonctions des USA (c'est un euphémisme) , et que l'allégeance à Washington a été ouvertement manifestée en entrant à l'OTAN par la grâce de N. Sarkozy (celui qui a donc collaboré à la destruction de la Libye)... et à qui F. Hollande a emboité le pas (pour faire aussi bien ou  encore mieux en Syrie)... mais, CUI BONO?

L'on aurait pu comprendre les écoutes de la NSA sur la France, du temps du NON à la guerre en Irak. Mais aujourd'hui? D'où vient ce que l'on peut raisonnablement appeler cette "complaisance"?...  l'on serait même tenté de penser "complicité" tant la quasi absence de réaction reste des plus stupéfiantes , incompréhensible..

 L'article : 

NSA: «Nous allons passer du rôle de vassal à serf» dit un expert en Intelligence économique

30 juin 2015 14:26  Sur RT

Alors que l'on apprenait lundi que la NSA avait déployé ses grandes oreilles dans la sphère économique hexagonale, Christian Harbulot, expert en intelligence économique, décrypte la stratégie américaine et s'agace de la naïveté française.

Des ministres écoutés, toutes les entreprises du CAC 40 espionnées, des documents stratégiques en matière de liens commercaiux dérobés: l'ampleur des écoutes opérées par la NSA en France inquiète. Christian Harbulot, fondateur et directeur de l'école de guerre économique, s'étonne du manque de stratégie de la France en la matière et se montre pessimiste pour l'avenir.

RT: Que pensez-vous des révélations de WikiLeaks sur les écoutes économiques opérées en France par la NSA ?

Christian Harbulot: Si je ne suis -malheureusement- pas surpris par ce que nous avons appris hier, on peut tout de même dire que la révélation des écoutes économiques de la NSA sont une première. En effet, les éléments dévoilés sont une preuve indéniable de l'ampleur du phénomène. Les Etats-Unis nous espionnent, et ce de manière très intensive, je crois donc qu'il sera difficile maintenant de nier ce fait. Car en France, certaines élites tenaient ce discours lénifiant qui consistait à dire: "non, ce genre de chose ne se fait pas entre pays alliés". Il me semble que cette manière de voir sera désormais assez difficile à tenir...et à défendre. A l'inverse certains osent dire «de toute façon, tout le monde écoute tout le monde». Mais c'est faux. Certains pays ont dévelloppé des stratégies, d'autres non.

RT: Comme les Etats-Unis ?

Christian Harbulot: Oui, cela fait plus de 30 ans maintenant que les Etats-Unis ont investi massivement dans le renseignement et compris sa «rentabilité». Ils écoutent pour contre-carrer la montée de puissance de pays comme la Russie, l'Iran, la Chine par exemple. Ils cherchent à garder la main sur des contrats stratégiques, sur des ressources comme le pétrole ou à maintenir leur suprématie économique dans des zones ou sur des pays en développement. C'est simple, ils écoutent tous ceux qui se dressent sur leur route et tous ceux qui les gênent.

RT: Pourquoi écouter la France alors ?

Christian Harbulot: Parce que même si la France est en perte de vitesse économique, elle demeure une puissance moyenne très influente en Europe d'un point de vue politique. Par ailleurs, nous sommes dans différents secteurs, en concurrence directe avec les Etats-Unis, sur le marché de l'armement par exemple, ou sur celui de l'agroalimentaire. Nous écouter leur apporte des points d'avance dans les négociations. Cela fait par exemple des années que les Etats-Unis veulent absorber l'Europe dans un grand marché commun de libre-échange. Avec le TAFTA -traité de libre-échange transatlantique, en négociation à Bruxelles- la France risque bien de perdre le peu de souveraineté élémentaire qui lui restait. Nous allons passer du statut de vassal à celui de serf. C'est pire.

RT: Mais la France fait également de l'intelligence économique ?

Christian Harbulot: Soyons clairs, ce ne sont pas nos quelques dizaines d'agents secrets qui peuvent rivaliser avec la «force de frappe» américaine, et son budget colossal. Il y a une telle démesure que la comparaison n'est pas valable. Mais de toute façon en France, nos élites, ceux qui nous dirigent, ne savent même pas ce qu'est un rapport de force. Ils ne comprennent pas plus le rôle essentiel que peut avoir le renseignement dans un rapport de force. Je crois en fait que nos politiques ne veulent pas d'un rapport de force «durci» avec les Etats-Unis. Ils préfèrent penser que tout se joue entre experts et sherpas et qu'à la fin, tout le monde sera d'accord pour signer un accord technique. Il n'y a pas cette culture du rapport de force en France. Hier, le président du syndicat du renseignement économique français, Alexandre Medvedovsky, expliquait à mes étudiants qu'il s'était entretenu avec le secrétaire général adjoint de l'Elysée récemment et que ce dernier lui avait affirmé que l'intelligence économique n'était pas une priorité pour la France. Nos dirigeants n'ont rien compris. Je pense que c'est soit de la lâcheté, soit de la compromission avec ceux contre qui ils sont pourtant censés nous protéger.

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans cette section sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

SOURCE

 *

En savoir plus:

Appels d'offres, pillages, écoutes: comment les Etats-Unis font leur beurre sur le dos des Français

Moscovici et Baroin écoutés sur fond d'espionnage économique  

NSA: que cachent les bâches de l'ambassade américaines à Paris?

Wikileaks: la NSA a pratiqué l'espionnage industriel en France

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux