Marie Arlette Carlotti,"récompensée", de quoi?

Dans le dernier numéro du "Nouvel Observateur", j'ai eu la surprise de lire un article sur "les 17", consacré au ministres femmes, dans un encadré consacré à Mme Carlotti: "dans sa ville et au PS elle a mené de longue date la fronde anti-Guerrini". Ayant milité pendant plus de 20 ans au PS 13, j'ai été membre du Conseil Fédéral et du Secrétariat Fédéral. Perpétuel minoritaire, j'ai été un des rares militants a oser remettre en cause les pratiques de la Fédération des Bouches du Rhône (qui n'ont pas commencé avec J N Guerrini). On ne peux pas dire que M A Carlotti ait eu le même itinéraire: passionnaria du courant Ceres, elle devint la responsable départementale du courant Jospin à la grande surprise des membres locaux de ce courant. Sans le soutien de Jean Noël Guerrini, elle n'aurait jamais pu être élue au Conseil Général. Sa "fronde anti-Guerrini" est, pour le moins, chose récente...Il paraît utile de préciser que, si elle a été députée européenne, scrutin de liste oblige, elle n'a jamais été élue au parlement. Son élection aux prochaines législatives paraît pour le moins hypothétique. Ses qualités personnelles ne sont pas en cause, toutefois, la présenter comme le leader d'une hypothétique "fronde anti-Guerrini" me paraît très exagéré. Elle a joué, comme tant d'autres, le jeu de la direction du PS 13, avant de se reprendre, à temps...

Joël Villain

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.