On achève bien les directeurs d'école!!!!

Comment un directeur d'école se retrouve condamné à payer une somme astronomique à une mère d'élève, et ce pour des faits bénins...

Ce directeur, c'est moi, et je suis au bout du rouleau...

Les faits:

     -En mars 2008, j'organise , pour ma classe et un classe de CE2, un séjour "classe découverte " au château de Buoux dans le Lubéron. Ma jeune collègue choisit deux mères d'élèves pour nous assister. L'une d'entre elle, madame R, se montrera , à plusieurs reprises, réticente au projet collectif. Le dernier soir, alerté par des bruits violents en provenance du premier étage, je me suis rendu sur les lieux pour y trouver madame R, visiblement alcoolisée qui me hurla dessus, arguant que je n'avais rien à faire à cet étage. Comme elle s'approchait de moi de façon agressive, je l'ai repoussée en exerçant une double pression au niveau des épaules. Elle s'est alors précipitée vers moi en hurlant "je vais le tuer!!!" les adultes présents l'ont calmée.

   -Le lendemain, surprise! Madame R a été conduite à l'hôpital d'Apt. Me dirigeant vers le téléphone mural, je surprends madame G , l'autre mère, prodiguant des conseils à son amie "Si tu fais comme je te le dis, on aura sa peau!!!". La gendarmerie débarque et je suis conduit en garde à vue

Mon inspecteur me fait savoir que je suis suspendu de mes fonctions.

Je m'adresse à la Mutuelle "Solidarité des Bches du Rhône" à laquelle je suis adhérent. Celle ci nomme un avocat et le rétribue

Le 29 janvier 2009 l'affaire passe au pénal, je suis condamné à une amende.

Mon syndicat, le SNUIPP, me conseille vivement de prendre ma retraite, ayant le nombre d'années requises, ce que je fais.

L'état de santé de ma mère s'étant aggravé, je déménage et m'installe dans ma Drôme natale.

Dix ans plus tard, je reçois un courrier du Fond de garantie me mettant en demeure de payer la somme de 47 344 euros!!! Je n'ai reçu aucun document émanent du tribunal. J'essaie de m'informer sur mes recours possibles, en vain... Le Fond de garantie me menaçant de porter mon affaire devant le tribunal de Valence, je contacte ce dernier et propose de verser 250 euros par mois par prélèvement bancaire, ce qui est accepté et , depuis Avril 2019, cette somme est prélevée.

Qu'elle n'est donc pas ma surprise de recevoir un autre courrier en provenance du Fond de garantie me demandant , cette fois, la somme totale de 167 823 euros, madame R ayant obtenu une indemnité de 156 323 euros au titre de la perte de gains professionnel.

Le Fond de Garantie annonce dans ce document que , n'ayant reçu aucune nouvelle de ma part, il porte l'affaire devant le TGI. J'ai écrit au FDG pour lui rappeler que , suite à notre accord de 2019 , je versais déjà 250 euros par mois, sans réponse...

Voilà, mes excuses pour la longueur de ce texte, je suis dans un incompréhension totale. Comment un simple "coup du lapin" peut il avoir de telles conséquences financières? 

Au bord du gouffre, je saute???

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.