joelgrave
Consultant Multimédia
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2015

Une partie d'échecs

joelgrave
Consultant Multimédia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les échecs sont un sport national en Russie et Poutine a engagé une partie intéressante à suivre. Il s'avère heureusement que Porochenko n'est pas mauvais à ce jeu.

L'ambition de Poutine reste de redonner à la Russie son extension du 20° siècle, sauf pour –stan (Ouzbékistan, Tadjikistan, Kirghizstan) qui ne l'intéressent pas et qui sont des "bêtes à chagrin". La Biélorussie et le Kazakhstan sont des vassaux fidèles. Les étapes de sa stratégie consistent à affaiblir les récalcitrants avec la création de bantoustans comme la Transnistrie en Moldavie, l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud en Géorgie, et maintenant la Crimée et la République du Donbass. Les accords de Minsk 2 ne servent à rien. Pour Poutine, ce n'est qu'un chiffon de papier. Leur signature n'est qu'un coup dans la partie d'échecs, comme on peut sacrifier un pion.

Sur le plan tactique, les prochains coups ont deux objectifs.

Le contrôle de Debaltsevo est essentiel pour exporter le charbon et l'acier du Donbass vers la Russie, et ultérieurement, pour amener les marchandises venant de Russie en considérant que les relations seront coupées avec l'Ukraine. Il ne faut pas oublier que la plupart des marchandises circulent ici par chemin de fer.

La Crimée connaît progressivement des pénuries dans tous les secteurs : alimentation, médicaments, pièces détachées, équipement domestique, mais aussi pour les quelques industries locales. Les deux routes vers l'Ukraine sont coupées et il n'y a pas de port à conteneurs. Donc il faut impérativement établir un corridor de ravitaillement le long de la Mer d'Azov. Il y a quand même 300 km. Du point de vue militaire il faut attaquer des deux côtés. C'est là que cela se complique. La Russie a accumulé des troupes et des équipements en Crimée. L'Ukraine a pris la précaution il y a un mois de fermer le passage aux particuliers. On ne peut plus passer qu'à pied et avec un contrôle strict des personnes. La manœuvre consiste à éviter l'entrée d'éléments d'une cinquième colonne comme cela avait été le cas dans le Donbass il y a un an. Il sera très difficile aux forces russes d'entrer de ce côté car la Crimée est une île rattachée au continent par deux routes au milieu des marais.

De l'autre côté, il faudra passer Marioupol, Berdyansk et Melitopol. Leurs habitants ne sont pas séparatistes, c'est le moins que l'on puisse dire. Donc il y aura une offensive mais qui apparaîtra de plus en plus franchement comme une offensive de l'armée russe.

Mais tout cela importe peu à Poutine. Que l'opinion internationale s'en alarme, cela n'a aucun intérêt. L'opinion publique russe est totalement sous contrôle.

Pour faire monter la pression, Poutine a aussi concentré des forces aux "trois frontières" (Russie, Biélorussie, Ukraine) qui ne sont qu'à 250 km de Kiev.

Nous avons affaire à un autiste puissamment armé. Tant qu'il sera au pouvoir, il n'y aura pas de discussions rationnelles possibles.

L'armée ukrainienne est exsangue et une mobilisation générale ne sert à rien. Il faudrait la rééquiper complètement et l'entraîner. À supposer que l'occident le décide, cela prendra des mois et des années. On peut imaginer l'intervention d'une armée de coalition. Il y a suffisamment de troupes et d'équipements américains et européens disponibles pour venir appuyer l'armée ukrainienne pour affronter l'armée russe. Mais comment réagira quelqu'un qui se vante d'avoir un arsenal nucléaire face à une telle escalade ?

L'autre solution, c'est l'Alsace-Lorraine. Il faut accepter un gel de la situation en attendant la fin de Poutine et pendant ce temps-là développer la démocratie et l'économie en Ukraine pour la rendre attractive aux populations du Donbass et de la Crimée. C'est la seule solution à peu près pacifique. Cela n'interdit pas de lutter pour empêcher la création du corridor de la Mer d'Azov et les occidentaux devraient faire tout leur possible pour aider discrètement l'Ukraine à en rendre le prix prohibitif pour la Russie.

Philippe FICHAUX
Français expatrié à KIEV

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON