Johann Elbory
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 sept. 2014

Johann Elbory
Abonné·e de Mediapart

Pourquoi le tirage au sort est-il profondément antidémocratique ?

Johann Elbory
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Cela fait quelques temps que l’idée du tirage au sort comme remplacement des formes électorales traditionnelles commence à refaire surface au sein de certains milieux d’intellectuels et d’idéologues, comme un vieux spectre revenu du fin fond de l’histoire de la démocratie. Depuis plusieurs années, des personnages comme Etienne Chouard ou, plus récemment, les dirigeants de Nouvelle Donne lors des dernières élections européennes, tentent de faire passer l’idée que le tirage au sort pourrait être un mode de fonctionnement démocratique qui, en plus d’être original et ludique, permettrait de briser la corruption, la reproduction sociale, et même, s’il était appliqué aux structures économiques, la lutte des classes ! Sur le papier, le projet fait envie et on comprend très bien que, dans une situation de crise économique et politique dans laquelle nos élites brillent à la fois par leur incompétence et leur malhonnêteté, il puisse plaire. Sauf que dans les faits, c’est un peu plus compliqué que ça, et ça pose des problèmes sans doute encore plus énormes que ceux que nous devons actuellement régler…

Le tirage au sort n’éloigne pas les tyrans

Le premier argument des pro-tirage au sort est, évidemment, celui du renouvellement permanent des dirigeants et de la possibilité de chacun de le devenir, tout en excluant les menteurs, les tricheurs, la corruption, le népotisme, les ambitieux, dont la désignation « au hasard » détruirait tous les subterfuges pour s’emparer du pouvoir. Certes, dans un système où tout le monde est tiré au sort, l’ambition est limitée et le relais politique institué est brisé. Mais cela nous éloigne-t-il de la possibilité de nous retrouver avec un tyran au pouvoir ? Non. Au contraire, cela donne la possibilité, au même titre que n’importe qui, à des personnes portant des idées politiques que, dans un cadre de vote, le peuple jugerait déraisonnable, de prendre le pouvoir. Si le sort désigne, pour nous diriger, un gouvernement composé du chef des Patriotes pour la Suprématie des Cranes Rasés, Gurdulus le grand gourou de la communauté de l’Eglise lunaire, et le dirigeant militaire de l’Amicale des Salafistes du Jura, il est probable que vous le regrettiez…

Pour le dire plus sérieusement, le tirage au sort enlève au peuple le pouvoir de juger ce qui est bon ou pas pour la société, c'est-à-dire pour le bien commun, en même temps qu’il met sur un pied d’égalité et de légitimité les idées partagées par un grand nombre, et celles totalement minoritaires. Ce qui est assez problématique en termes de démocratie… De plus, on pourrait se demander en quoi le fait de tirer au sort des gens entre en contradiction avec le fait d’avoir un monde politique corrompu et malhonnête. Dans la mesure où chaque groupe politique aura intérêt à s’attirer le soutien d’un maximum d’individus susceptibles d’être tirés au sort, on ne voit pas vraiment pourquoi les méthodes actuelles changeraient…

Elu par le peuple, désigné par le hasard

Le véritable problème politique lié au tirage au sort est qu’il enlève toute souveraineté politique au peuple. Dans un système démocratique où l’on vote, chacun à le pouvoir d’élire certains de ses concitoyens sur la base d’un projet et de leur et de sa compétence à le porter. C’est donc bien le peuple qui dirige, en dernier ressort. Bien sûr ce système n’est pas parfait. Il existe d’ailleurs de nombreux politologues ayant travaillé sur des formes de votes permettant d’avoir des dirigeants plus représentatifs, mais le vote reste la base de la souveraineté populaire pour laquelle on s’est battu pendant des siècles en France, et partout ailleurs.

Le tirage au sort, c’est le pouvoir de qui ? Du hasard ? De Dieu pour ceux qui y croient ? C’est au minimum le résultat d’une fatalité mathématique qui n’a rien de raisonnable. L’appliquer, ce serait faire passer la politique du débat d’idées, à la tyrannie des chiffres. Intéressant…

Car il s’agit bien de relayer les idées au second plan. Dans un système républicain, dans lequel le peuple est le souverain, les idées sont placées au dessus de tout, notamment au dessus des individus. C’est d’ailleurs pour cela que la « peoplisation » de la vie politique pose problème. C’est pour cela aussi que nous avons encore beaucoup de travail afin de perfectionner notre système politique. Avec le tirage au sort, seul les individus comptent puisque seuls sont désignés des noms, et non plus des idées.

Remettre en cause le système politique est louable. L’histoire de notre pays depuis 200 ans est basée sur une remise en cause permanente de nos outils politiques et une tentative de perfectionnement des formes de désignations de nos dirigeants. A l’heure où la Vème République semble arriver à bout de souffle, il est important de se reposer des questions fondamentales concernant ces éléments. Il ne faut cependant pas faire n’importe quoi. La principale avancée de notre histoire démocratique, c’est l’idée qu’en république, c’est le peuple qui tranche. Et si nous voulons sérieusement relever les nouveaux défis de notre temps, il ne faudra, sous aucun prétexte, revenir sur ce point.

Johann Elbory

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report