Non, le Front National n'est pas "patriote"

 

Vous le sentez arriver le règne de la malhonnêteté intellectuelle en politique ? Bon, ok, pour certains ça commence à faire un bout de temps que ça dure. Mais depuis l'annonce du futurarrow-10x10.png changement de nom de l'UMP pour s'accaparer de manière autoritaire le concept pourtant trans-partisan de République, on a l'impression d'assister à un festival dans le domaine. Déjà, des rumeurs évoquent un futur changement de nom du PS. Certains ont entendu parler des « Democrates », ce qui serait limite pire que les « Républicains » dans le genre de l'arnaque. Tout ça promet des casse-têtes sémantiques et des quiproquo assez incroyables...

 

Évidemment, dès qu'il y a une nouvelle mode, surtout s'il s'agit de paumer les gens dans une communication manipulatrice, le Front Nationalarrow-10x10.png ne tarde pas à ramener sa fraise. Encore tout excité d'avoir réussi à bazarder le vieux Le Pen, Florian Philippot s'est empressé de parler du nom de son parti, rappelant que celui-ci n'avait rien d'immuable contrairement, apparemment, à la soif de pouvoir de ses leaders. Et, très vite, une idée de nom a commencé à tourner un peu partout. « Les  Patriotes »...

 

Alors, en soi, ce n'est pas pire que « Les Républicains ». Le patriotisme est aussi un concept trans-partisan. En plus ça agit sur un sentiment identitaire partagé par plein de monde, ce qui en fait un bon nom pour faire de la manipulation de masse. Bravo les escrocs. Mais en dehors de ça, il y a quelque chose qui me fait particulièrement tiquer.

 

Si on prend la définition du mot « patriote » dans le Petit Robert on tombe là dessus : « personne qui aime son pays et le sert ». Point. C'est à dire que la définition en soi évacue tous les délires nationalistes. J'aime bien les gens de mon pays, leur culture, leur histoire, leur bouffe et j'ai envie de défendre tout ça, je suis donc patriote. Le qualificatif n'a rien de dérangeant et peut, comme l'adjectif « républicain », être revendiqué par plein de monde, dans plein de buts. Sauf que, quand il est utilisé par un parti comme le FN, ça fait sourire.

 

Il y a, a priori, deux grandes catégories de trucs qu'on peut aimer dans la France. La première regroupe tous les éléments symboliques et culturels qui fait que notre pays est ce qu'il est. La langue, la gastronomie, le patrimoine architectural, les valeurs, etc... L'autre catégorie est composée des biens matériels de la Nation, c'est à dire, nos services publics. Servir la France, c'est faire en sorte de sauvegarder, voir de développer ou, dans une certaine mesure, de transformer, ces deux catégories.

 

Écartons nous deux secondes du sujet. Notre pays est endetté. A ce qu'il paraît. En réalité il doit rembourser des emprunts qu'il a, bien souvent, déjà remboursé plusieurs fois, à des banquiers véreux, des spéculateurs et des fraudeurs planqués dans des paradis fiscaux. Ces gens n'aiment ni ne servent aucune patrie, si ce n'est celle de l'argent qu'ils possèdent en quantités folles. Vouloir rembourser la dette, c'est vouloir filer du fric à ces individus. Notre fric ! Et bien, croyez moi si vous le voulez, les « patriotes » du FN sont pour le remboursement de la dette.

 

Et comment on rembourse une dette ? Bah, en faisant des économies pardi ! Et comment on fait des économies ? Il n'y a pas trente six méthodes. Soit en ayant un projet économique d'investissement et de développement industriel qui permettra, à moyen terme, de remplir les caisses et de relancer la croissance, soit en rognant sur le capital de base de l’État. Pour le dire plus clairement, en sacrifiant des postes de fonctionnaires, en privatisant, en donnant moins de pognon aux écoles, aux flics, aux hôpitaux, etc... Bref, en bousillant les services publics. C'est ce qui s'appelle faire une politique d'austérité.

 

Décrochez des grands discours, et allez lire le programmearrow-10x10.png du FN. En matière d'économie, le grand parti anti-système de Marine Le Pen dit clairement vouloir faire comme tous les partis du système. Faire la chasse aux soit-disant mauvaises dépenses, fermer ou privatiser les services qui ne serviraient à rien ou ne marcheraient pas super bien... En gros, faire la peau aux biens de la France.

 

Comment les partis qui prônent l'austérité peuvent-ils se dire patriotes ? Brader les biens de la nation pour engraisser des spéculateurs qui s'étouffent déjà dans leurs milliards, ça ne me semble pas très compatible avec l'idée d'aimer et de servir son pays. Les cadres du FN, comme leurs amis du système, prendraient-ils les gens pour des cons quand ils disent défendre les intérêts de la France et des Français alors qu'ils n'en ont, en réalité, pas grand chose à faire ? La réponse est dans la question.

 

Johann Elbory

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.