Aux plus petits d'entre nous — 9

L’amour de Carrie

L’amour de Carrie,

où le rat s’en est allé pour mourir. Je pariais rarement sur elle.
De moins en moins serait-il de trop ? Le hasard a
asservi l’homme avec un tel esprit de clocher inarrêtable : la Justice
sera à jamais cet oiseau à l’horizon. Je suis peut-être
le meilleur poète du Solitario. Un style a son
temps et son long silence. Certains mots sonnent bien
au soleil. D’autres demandent ombre ou un versant nord rocailleux.

Ou un lecteur ayant le temps. Mon futur disparaîtra
en direction de l’insignifiance. Un géocoucou tue

un petit crotale à coups de bec et prend des heures à l’avaler.
Je suis un clochard de droit divin. L’applaudissement est-il
autolouange ? Personne n’a écrit de lignes
méritant d’éternels souvenirs. Ma mémoire garde les moches.

Le Désert souffre d’une épidémie de soleil. Si j’étais né au bon moment, je me serais fixé comme objectif de couper le bras de John Glanton à hauteur du nombril.

***

Solitario : 29°27’02.11’’ N — 103°48’25’’ O – Google Earth Pro.
Sidewinder : crotale qui se déplace latéralement.
Géocoucou : Geococcyx, le Bip-bip de Chuck Jones.
La Chevauchée funèbre de John Glanton et de ses compagnons de carnage, Éditions Futuropolis, 2017.

***

Carrie's love,

where the rat went to die. My stake in her was rare.
Are less and less becoming too much? Chance has
slavered man with such unstoppable parochialism justice
will forever be a far and disappearing bird. I may be
the best poet in the Solitario. A style has its
season and its long unseason. Some words do well in
the sun. Others want shade or a rocky north slope.

Or a reader with time. My future will go under the
heading of irrelevance. A roadrunner pecks to death

a small sidewinder and takes hours swallowing it whole.
I’m a tramp by divine right. Is applause self
congratulation? Nobody ever wrote anything worth
saving forever. My memory has the uglies. The

Despoblado suffers from an epidemic of sunshine.
If I had been born at the right time, I would have
made it my goal to cut off John Glanton’s arm
at the belly button.

+++

Pour mémoire : les poèmes que j'édite ici sont mes traductions des poèmes de Walt Stevens qui fut professeur de littérature anglo-saxonne et de philosophie dans quatre universités américaines jusqu'au début des années 1970. Le poème original est reproduit ci-dessus.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.