John-Henry ROBINSON
.
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 sept. 2020

DONALD TRUMP RÉVÈLE LE MONDE

Donald Trump a changé le monde. Tordons-nous la réalité en l’affirmant ainsi? Procédons.

John-Henry ROBINSON
.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://blogjhrobinson.wordpress.com/

Donald Trump a changé le monde.

Tordons-nous la réalité en l’affirmant ainsi?

Procédons.

Donald Trump fait partie de mon monde depuis qu’il a été élu Président des États-Unis.
Je connaissais son nom mais j’ignorais ce qu’il révélait d’une partie du monde.

J’ignorais sa capacité métabolique à transcender ses handicaps de classe.

Figure incandescente de l’ultra-riche, adepte du piétinement carabiné de toute personne placée sous son autorité?

Il devient mirage de ceux qui sont peu et n’ont rien.
L’horizon d’un tout-possible rassurant si nous éprouvions des difficultés à marcher sur, à piétiner, à enfoncer.
Nous ne le ferions que sur des victimes, des faibles, actant leurs responsabilités individuelles sur leurs déchéances qui se traduiraient par l’empreinte de nos godasses sur leurs visages.

Il reste le doudou de ceux qui, embarqués dans le navire concurrentiel, ne peuvent envisager leurs places qu’au dépend de celle des autres.

Il rassure ses pairs, voyant clignoter en lui l’enseigne lumineuse du maintien à tout prix de leurs acquis et du forage des océans de cupidité permettant encore plus d’engranger.

Donald Trump est irréel.
Ultra-riche, membre de l’élite mondiale, jouisseur de relations, de destinations exotiques, de l’opportunisme de ses privilèges de classe, il est un homme qui n’existe pas pour l’immense majorité d’entre-nous.
Ses congénères de classe contestent aussi son existence.
Il ne peut exister puisqu’en salissant leur image, il révèle l’artifice du mensonge, ciment de leur domination sociale et économique.
Et oui, Donald Trump n’est ni raffiné, ni élégant, ni cultivé, ni très intelligent.
Et le pire est qu’il n’essaie même pas de faire semblant.

Donald Trump est un jouisseur décomplexé qui ne perçoit pas l’intérêt de farder le processus qui lui a permis d’accéder aux différentes places qui sont les siennes.
Héritier, parvenu, spéculateur, il ne vise que le toujours plus.
Et ne voit pas l’intérêt de convaincre les foules qu’il règnerait derrière cet état de fait un mystérieux voile symbolique, démocratique, méritocratique qui s’appuierait sur des idées, héritage d’un lent processus civilisationnel et humaniste.

Donald Trump va droit au but et il perfore, depuis quatre ans, une brèche immense dans le pouvoir des idées.
Il scie la branche sur laquelle ces idées se paraient d’attributs inaccessibles à la plèbe.
Il les enserre, joue avec et fait voler en éclat les compromis et convenances parées à l’infini.

Donald Trump est un génie empirique.
Son plus beau fait d’arme demeure sa démonstration implacable de la réalité sociale comme une construction.
En se réfugiant derrière la fake-news dès qu’elle ne sert pas ses intérêts, il ne pouvait qu’irriter les fabricants d’actualité ainsi démasqués et subjuguer ceux qui entendent, au fond d’eux, leur dérangement face à une fabrique d’informations dont ils pressentent qu’elles ne peuvent être vierges d’orientations.

Donald Trump est une oeuvre philosophique.
Il éprouve la vérité, la subjectivité, la fraternité, la monstruosité et vient confirmer le caractère implacable de nos abandons.
À nous.
Humaine espèce.
Vaisseau occidental flottant vers des horizons drapés du toujours mieux, du toujours plus juste, du toujours plus démocratique, nous avons, au fil de nos siècles de ravages et de domination, appris à canaliser notre nausée, notre gêne et nos hauts-le-coeur.
Nous avons inventé le miroir sans reflet, masquant le sacrifice de nos idéaux au pragmatisme.
Traitement individuel de masse.
Approche quantitative.
Acceptation de populations oubliées puisque marge statistique.
Nous interdisons désormais ceux qui oseraient prétendre que nous n’existons, supposés libres, qu’au détriment de la liberté des autres.
En mitraillant à tout va à la fake news, Donald Trump a réduit les réseaux d’influence médiatique à leur nature qui était interdite d’expression au grand public.
Un simple canal.
Une voix parmi les voies.

Donald Trump est une ligne de failles.
En écartelant le sol, il engloutit et libère.
Il révèle ce que les idées, corrompues, réussissaient à canaliser en se fourvoyant dans la censure.
Notre révolution industrielle, capitalisée, financiarisée, mondialisée ne respecte pas l’harmonie.
Révoltes, misère, précarité, pauvreté, terrorisme, suicides, pharmacologisation traduisent la maladie de notre corps social.
Symptômes familiers, nous apercevons désormais la crête dont Donald Trump se révèle un puissant accélérateur.
Celle du combat fait à l’honneur.

Soupçonné de collusion, d’allégeance ou d’être victime d’un chantage de l’historique ennemi russe, Donald Trump est un homme qui ne vacillera pas.
S’il était vaincu, il ne laisserait pas sa place, hurlant être victime d’un trucage.
S’il était reconnu corrompu, il serait victime, d’un système, d’une élite qui le déteste et cherche à lui nuire.
Il mourrait, emprisonné ou exécuté.

Mais il ne succomberait pas.

Au déshonneur.

Il ne se suiciderait pas.

Il tonnerait jusqu’au bout, avoir été victime de ceux qui détiennent les pouvoirs, les contrôles, pouvoirs de contrôles qu’il n’aurait pas réussi à rapatrier.

Donald Trump vient révéler notre monde.
Le mépris des idées.
La compréhension par tous d’une organisation collective verrouillée et à réinventer.
La croissance exponentielle, fulgurante des déshumanisés voulant nous maîtriser avec méthode et efficacité.

Grâce à lui, ils n’ont plus, eux, à avancer masqués.

JH

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart