John PALACIN
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 juin 2011

Ce que démondialiser veut dire

Etrange tribune que celle publiée par quelques membres du Conseil scientifique d'ATTAC ici. A peine affirmée l'idée de démondialisation est «superficielle et simpliste» que les auteurs de la tribune estiment qu'«il faut évidemment réduire les flux de marchandises et de capitaux, et relocaliser les systèmes productifs», «réduire les émissions de CO2, diminuer la pression sur les ressources naturelles et leur pillage», c'est-à-dire précisément... démondialiser.

John PALACIN
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Etrange tribune que celle publiée par quelques membres du Conseil scientifique d'ATTAC ici. A peine affirmée l'idée de démondialisation est «superficielle et simpliste» que les auteurs de la tribune estiment qu'«il faut évidemment réduire les flux de marchandises et de capitaux, et relocaliser les systèmes productifs», «réduire les émissions de CO2, diminuer la pression sur les ressources naturelles et leur pillage», c'est-à-dire précisément... démondialiser. Face à cette contradiction, le lecteur a quelque peine à comprendre quelle est l'opinion de nos amis d'ATTAC. Pour clarifier leur propos, ils indiquent que « ce n'est pas « la mondialisation » que nous rejetons, mais la mondialisation néolibérale et capitaliste, telle qu'elle est organisée par les intérêts des firmes multinationales, les « marchés » et les grandes puissances. » Mais qu'est-ce d'autre que la mondialisation qui s'est déployée depuis 25 ans sinon la mondialisation néo-libérale ?

Comment peut-ont croire que démondialiser pourrait conduire à refuser le progrès des droits sociaux partout dans le monde ou se fermer aux innovations intellectuelles étrangères, en un mot à renoncer à l'internationalisme ?

De caricature en caricature, le projet de démondialisation est réduit à un projet de repli sur soi national qui serait bien « superficiel et stupide » s'il était avéré. Il faudrait alors s'attendre aussi à ce qu'Arnaud Montebourg propose de nous ramener dans des cavernes éclairées à la bougie, reclus derrière nos frontières-murailles, prêts à faire la guerre aux étrangers qui se présenteraient... En réduisant la démondialisation à un projet de repli sur soi national (alors que ses défenseurs en font un projet européen), les auteurs de la tribune caricaturent un projet de gauche pour l'assimiler à des propos tenus à l'extrême droite.

Dès lors, pour éviter ce type d'approximations, il faut être clair sur ce que démondialiser veut dire.

Démondialiser ne signifie rien d'autre que rétablir de l'équilibre dans un système déséquilibré, privilégier l'intégration régionale sur l'intégration mondiale pour permettre un développement plus harmonieux ; introduire des écluses entre zones régionales lorsque les écarts de salaires, de niveau de protection sociale et écologique le justifient.

Démondialiser revient à replacer l'encadrement politique au cœur de l'économie. Comme l'indique Dani Rodrik dans The globalization paradox, son livre best-seller aux Etats-Unis (non traduit en Français, disponible ici), l'essor du commerce et de l'activité économique ne s'est jamais appuyé sur un recul l'Etat et de la régulation politique bien au contraire. Un développement économique harmonieux n'est possible qu'en présence d'un encadrement politique fort, de modèles sociaux assumés et d'interventions publiques vigoureuses. Seuls les néo-libéraux ont pu faire croire à la contre-vérité historique qu'il faut faire reculer l'Etat pour développer l'activité économique.

Démondialiser a pour objectif de redonner aux Etats une marge de manœuvre politique qui ne peut être, pour l'heure, que régionale, donc pour nous, européenne. Attendre qu'un dispositif de gouvernance mondial soit mis en place pour relever les défis du présent est chimérique et dangereux : nous ne pouvons attendre le long terme pour rétablir des équilibres économiques et humains, pour empêcher les prochaines crises financières, alimentaires, écologiques.

Là où la mondialisation néo-libérale a introduit de violents déséquilibres, la démondialisation vise à remettre de l'équilibre par la construction d'écluses écologiques, sociales et financières, par l'encouragement d'un développement harmonieux entre les territoires (centres urbains, zones rurales et périurbaines).

Amis, inutile de caricaturer une réflexion nouvelle à gauche à une époque où il y en a peu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Guerre d’Algérie : la parole aux héritiers
Elles et ils sont petits-fils et petites-filles d’indépendantiste, d’appelé, de harki, de pieds-noirs, de juifs d’Algérie, de militant à l’OAS. 
par Rachida El Azzouzi et Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Chaos dans les aéroports : le symptôme d’une crise profonde
Alors que les salariés d’Aéroports de Paris entrent en grève, les délais et les annulations dans les aéroports devraient accompagner les voyageurs cet été. Une situation qui est le fruit des impasses d’un modèle dans lequel ce secteur s’est enfermé. 
par Romaric Godin
Journal
Paris rapatrie 16 mères ex-membres de l’État islamique et 35 mineurs détenus en Syrie
La France récupère 51 de ses ressortissants qui étaient détenus dans un camp du nord-est de la Syrie depuis la chute de Daech. Uniquement des femmes, anciennes membres du groupe terroriste et leurs enfants, dont sept orphelins.
par Céline Martelet, Hussam Hammoud et Noé Pignède
Journal — Violences sexuelles
Le youtubeur Léo Grasset est visé par une plainte pour harcèlement sexuel
La vidéaste Clothilde Chamussy, de la chaîne « Passé sauvage », accuse l’animateur de « DirtyBiology » de harcèlement sexuel. Il est mis en cause par sept autres femmes pour violences psychologiques, sexistes et sexuelles. Il « conteste totalement les accusations » relayées à son encontre.
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux

La sélection du Club

Billet de blog
Voilà comment Jupiter a foudroyé Jupiter !
Emmanuel Macron a sans doute retenu la leçon de Phèdre selon laquelle « Jupiter nous a chargé de deux besaces : l’une, remplie de nos fautes, qu’il a placée sur le dos ; l’autre contenant celles d’autrui, qu’il a pendue devant » : les siennes, il les a semées et les sème encore …
par paul report
Billet de blog
Macron triomphe au Palais Garnier
Depuis sa réélection à la présidence de la République, Emmanuel Macron est plongé dans une profonde mélancolie. La perte de majorité absolue à l’Assemblée nationale n’a rien arrangé. Au point qu’il est question d’un « homme en fuite ». Et s’il s’était réfugié, juste à côté, au Palais Garnier ?
par Paul Alliès
Billet de blog
RN-LREM : Après le flirt, bientôt un enfant ?
Rassemblement national et Marcheurs ! flirtent juste, pour l’instant. Mais bientôt, ils feront un enfant. Bientôt, le système y verra son issue de secours. Bientôt, se dessinera la fusion du projet « national-autoritaire » et « euro-libéral ». Comment y répondrons-nous ?
par Ruffin François
Billet de blog
par Fred Sochard