John Passa
sociologue
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 déc. 2021

Ne nous trompons pas de combat

À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.

John Passa
sociologue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays.

Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. C’est encore moins le combat de la communauté kanak contre la communauté caldoche ou contre toutes les autres communautés vivant dans notre Pays.

Ce n’est même pas un combat contre la France avec laquelle une majorité d’habitants de notre Pays souhaiteraient pouvoir conserver des liens forts et équitables.

Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.

C’est le combat du peuple kanak pour mettre fin à une injustice et une humiliation qui n’ont que trop duré.

C’est le combat du peuple kanak pour recouvrer la souveraineté dont il a été spolié et tenter de construire un avenir qui lui ressemble et pas un avenir qui lui soit imposé depuis Paris.

C’est le combat du peuple kanak pour bâtir dans ce pays, avec tous ceux qui y vivent, un avenir durable, partagé, démocratique et plus juste.

C’est le combat du peuple kanak pour convaincre tous ceux et toutes celles qui vivent dans ce pays qu’il n’y a de destin commun possible que si, ensemble, nous travaillons à réparer les iniquités du passé et leurs vestiges au présent.

Le seul et véritable ennemi du peuple kanak - il faut l’affirmer haut et fort - c’est la colonisation française. Et si, parmi tous les indépendantistes et les progressistes de ce pays, il en est pour douter de l’intention du gouvernement français actuel de maintenir sa domination d’un autre temps, il suffit de remonter le fil des événements récents.

C’est ce gouvernement français qui témoigne aujourd’hui, comme il l’a si souvent fait par le passé, de son total mépris de la culture kanak en refusant de nous laisser vivre dignement le deuil qui frappent nos clans avec la pandémie de Covid-19.

C’est ce gouvernement français qui a décidé de maintenir coûte que coûte la date du referendum au 12 décembre et cela malgré l’opposition des indépendantistes et les interférences prévisibles avec l’élection présidentielle.

C’est ce gouvernement français qui répète à qui veut l’entendre qu’en démocratie la légalité juridique de ses décisions doit l’emporter sur leur légitimité politique et que la parole d’un ministre a plus de valeur que trente années d’échanges et de discussions entre nous, Kanak et Non- Kanak, pour construire un consensus social dans notre pays.

C’est ce gouvernement français qui, avant même que la date ne soit fixée, a décidé d’entourer la consultation référendaire d’un déploiement policier et militaire totalement disproportionné pour un scrutin démocratique.

Et c’est encore lui qui, en mai dernier, a nommé comme haut-commissaire un spécialiste du maintien de l’ordre et des opérations spéciales plutôt qu’un homme de dialogue.

À croire que ce gouvernement n’attend qu’une étincelle pour à nouveau déclencher le feu armé de la répression sur notre Pays et le peuple kanak.

C’est le Président de la République qui a affirmé que la France serait moins belle sans la Nouvelle-Calédonie et qui en Polynésie a jeté l’anathème sur les pays du Pacifique sous le seul prétexte qu’ils sont « petits ». Et c’est ce même Président qui, au nom d’une hypothétique participation de la France à un axe de défense Indo-Pacifique, répète à qui veut le croire qu’il n’y a pas d’autre choix pour notre Pays que l’hégémonie chinoise ou la soumission au fait colonial. Pour ce Président et son gouvernement, il semble qu’il n’y ait qu’au Musée du Quai Branly que les cultures puissent dialoguer.

La République française ne nous veut pas libres, elle nous veut soumis, Kanak comme Non-Kanak. Elle ne nous veut pas égaux, mais divisés. Elle ne nous veut pas fraternels dans nos différences, mais solidaires dans la dépendance.

Alors prenons garde à ne pas nous tromper de combat.

Quelles que soient les critiques que nous ayons à adresser à nos dirigeants politiques indépendantistes actuels, ce n’est pas eux qui sont concernés par le scrutin du 12 décembre prochain, ni notre position face à un vaccin ou un pass-sanitaire, mais notre avenir commun.

Par respect pour nos morts, d’aujourd’hui comme d’hier, ne votons pas.

Par ailleurs, ne laissons pas l’État colonial nous diviser à nouveau. Résistons aux provocations policières et militaires qui ne manqueront pas. Faisons savoir au monde que la République française revient une fois de plus sur ses engagements à décoloniser notre pays.

Et le 13 décembre, lorsqu’on nous appellera à la table de négociation, rappelons-nous que le combat du peuple kanak a pour seul véritable but la fin de la domination coloniale française et rien d’autre.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener