Johnny78
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2022

Avec son bilan et son programme, Macron reste en tête des intentions de vote !

Macron, avec son bilan et son programme pour un second mandat, reste en tête des intentions de vote... Les citoyens qui répondent aux sondages paraissent totalement déconnectés des réalités

Johnny78
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Macron, avec son bilan et son programme pour un second mandat, reste en tête des intentions de vote... Hallucinant !   Les citoyens qui répondent aux sondages paraissent totalement déconnectés des réalités

Que pourrait on citer de "positif" dans le bilan du quinquennat qui s'achève ?  Qu'est-ce qui s'est amélioré, si l'on excepte la richesse des 1% les plus fortunés ?

Les gens manifestent aujourd'hui massivement :
    - contre la casse de l'hôpital et des services publics, 
    - contre la baisse du pouvoir d'achat,     - -    
    - contre la "monarchie présidentielle"... 
et, à-contrario, ceux des candidats auxquels ils disent vouloir majoritairement donner leurs suffrages sont ceux qui, précisément, déclarent qu'ils veulent poursuivre ces mêmes politiques en allant plus vite et plus loin....

Il y a de quoi tomber à la renverse !

Si l'on en croit les sondages, Macron serait en tête des intentions de vote du premier tour, la finale se jouerait entre :
     Macron et Pécresse ou 
     Macron et Zemmour, ou 
     Macron et Le Pen... 
aucune autre hypothèse ne se dégage des dits sondages, pourtant multiples et variés. 
Exit les partis de gauche, exit les écolos.

Macron, Pécresse, Zemmour, Le Pen... Tous sont du même bord sur le plan économique et social : c'est du Thatchérisme / Sarkozysme / Fillionisme... ce qui va à l'encontre des intérêts de 90% des Français !  Ces quatre candidats promettent tous une surenchère de mesures libérales : 
    - austérité renforcée, 
    - accélération de la casse des services publics, 
    - privatisation de l'hôpital et de l'université, 
    - abolition des 35 heures, retraite plus tardive avec privatisation rampante,
    - réforme de l'assurance chômage,
Les "bonnes gens" (80 à 90% de la population) vont s'en prendre "plein la gueule", la paupérisation et les inégalités vont continuer de croître, le flicage va se généraliser, ainsi que la vente de nos données personnelles... La répression va s'accentuer, afin notamment de décourager les manifs...
Macron, s'il est ré-élu, va sans nul doute renforcer ses abus de pouvoir (ordonnances, 49/3, état d'urgence etc...) Zemmour, pour sa part, a déjà dit vouloir "supprimer les contre-pouvoirs"... ce qui ne l'empêche pas de monter dans les sondages...

Il devient vraiment urgent de changer les règles du jeu électoral, car c'est vraiment devenu du grand n'importe quoi. On croit rêver... c'est comme un feuilleton à l'américaine qui rappelle l'élection de Donald Trump en 2016, ou celle de Bolsanaro au Brésil...

Dans l'article du Monde cité en référence, je lis que L’enquête Ipsos-Sopra Steria pour « Le Monde », menée mi-janvier, permet de détailler la perception qu’ont les électeurs du leadership
(Par Martial Foucault, Professeur à Sciences Po et directeur du Cevipof, Publié hier à 09h57)

La conclusion de cette enquête du Monde sur les valeurs retenues par les sondés comme essentielles pour qu'ils accordent leur suffrage, donne en premier lieu l'honnêteté.

Peut-on raisonnablement donner ce qualificatif aux quatre candidats plébiscités cités ci-haut ?

Pour Macron, c'est d'actualité et cela se passe de commentaire. Pour Pécresse, nul n'ignore qu'elle est une fan de Sarko, dont plus personne ne peut douter de la (mal)honnêteté foncière et moultes fois démontrée. Fan également de Madame Thatcher, commanditaire de faux divers et variés et reconnus comme tels par la justice britannique (vidéos truquées pour faire apparaître la soit-disante faute des syndicalistes grévistes). Quant à Zemmour, nul besoin d'en rajouter à ce qui est déjà de notoriété publique.

Quant à "l'écoute des autres"... etc., inutile d'en dire davantage.

Tous les quatre "plébiscités" ont montré des accointances avec la " " et ont fait appel à ses services : Macron avec Benhalla, Mimi Marchand etc.., 

Extraits de l'article du Monde :

"POLITIQUE • ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE 2022
Compétences, qualités personnelles et politiques... Ce que les
Français attendent d’un leader politique
L’enquête Ipsos-Sopra Steria pour « Le Monde », menée mi-janvier, permet de détailler la
perception qu’ont les électeurs du leadership
Par Martial Foucault
(Professeur à Sciences Po et directeur du Cevipof)
Publié hier à 09h57 •

https://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2022/"

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance…ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse