Johnny78
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 mai 2022

Faut-il vraiment repousser l'âge du départ à la retraite ?

Les chantres du libéralisme affirment qu'il est indispensable de repousser l'âge de départ à la retraite...

Johnny78
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les chantres du néolibéralisme affirment qu'

il est indispensable de repousser l'âge de départ à la retraite.

Affirmer cela relève d'une grande malhonnêteté... car le concept de ce rallongement est parfaitement irréaliste et irréalisable !! Alors, autant traduire ce propos irréaliste par quelque chose de plus conforme à la réalité, même si c'est sans doute plus difficile à dire et à faire accepter... et qui serait :

Il faut baisser considérablement le niveau des pensions de retraite

ce qu'on traduit par "repousser l'âge de départ..", mesure parfaitement impossible, tout au moins dans la réalité des faits. Car, s'il est bien vrai qu'il est possible de changer les lois en ce sens, l'on ne pourra pas faire travailler les gens jusqu'à 65 ans et plus.

Il faudrait déjà pouvoir les faire travailler jusqu'à l'âge légal actuellement en vigueur !

ce que l'on ne sait pas faire

ce que l'on ne souhaite même pas faire !

L'âge légal de départ à la retraite est à ce jour de 62 ans...

mais, à cet âge au moins les deux tiers des salariés ne sont déjà plus au travail !

Les patrons n'en veulent plus ; ils préfèrent recruter des jeunes plus faiblement rémunérés et obligés d'accepter des contrats plus précaires...

Un nombre grandissant de citoyennes et de citoyens se retrouvent donc en chômage, souvent dès 55 ans, avec quasiment aucune chance de retrouver un emploi. La plupart sont paupérisés et parfois en grande difficulté, même si parfois indemnisés par les ASSEDIC ou le RSA. Avec l'allongement de l'âge légal du départ à la retraite, ce phénomène ne pourra qu'augmenter.

Ainsi, pour une économie sur les pensions de retraite, il y aura une augmentation des dépenses d'autres prestations compensatoires...

Mais l'Etat néolibéral a tout prévu, pour limiter ce genre de dépenses : "en même temps" notre Grand Dirigeant a prévu une réforme/privatisation de l'assurance maladie ! La pandémie a déjà donné un aperçu de ce qui nous attendait : il n'y a plus assez de moyens (financiers, humains etc...) pour soigner tout le monde, les Urgences ont déjà dû moultes fois refuser du monde et donc laisser mourir des patients...

A ce genre de situation, il existe au moins un précédent mémorable : au Royaume Uni, durant l'ère Thatcher (1979-1990), l'âge de décès moyen de 80% de la population (ceux qu'on appelle chez nous les "gens de rien"), avait reculé de sept ans !!

Effectivement, les comptes pourront alors sans doute se rapprocher de l'équilibre, et les riches seront encore plus riches, les pauvres encore plus pauvres, et Macron aura rempli la mission qui lui a été confiée par les oligarques qui l'ont assis sur le thrône en 2017 !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale