LES FRAUDEURS ONT PEU A CRAINDRE DU 'SUPER PROCUREUR FINANCIER'

EXCLUSIF Promis par Hollande en pleine affaire Cahuzac, le parquet financier disposera finalement d'une force de frappe très limitée.

Le 10 avril dernier, alors que les Français découvraient que, Jérôme Cahuzac, leur ministre du Budget, avait détenu un compte à l’étranger pour payer moins d’impôts, le Président avait annoncé la création d’un "parquet financier". Jacques Brinon/AP/SIPALe 10 avril dernier, alors que les Français découvraient que, Jérôme Cahuzac, leur ministre du Budget, avait détenu un compte à l’étranger pour payer moins d’impôts, le Président avait annoncé la création d’un "parquet financier". Jacques Brinon/AP/SIPA

 C’était l’une des principales réponses de François Hollande à la tourmente Cahuzac. Alors que les Français découvraient, effarés, que leur ministre du Budget avait détenu un compte à l’étranger pour payer moins d’impôts, le Président annonçait le 10 avril depuis l’Elysée la création d’un "parquet financier" dirigé par un nouveau procureur et spécialisé dans la traque à la fraude fiscale, la corruption et le blanchiment.

Huit mois après, le "super-proc" s'apprête à entrer en scène. Votée le 5 novembre, la loi instituant sa création attend l’ultime feu vert du Conseil constitutionnel. En toute logique, il devrait démarrer son activité le 1er février. Seul défaut, ses moyens seront réduits à la portion congrue. D’après nos informations, environ six magistrats du parquet lui seront affectés au départ, contre vingt-et-un promis...

Le nombre d'affaires à instruire a déjà été divisé par 3

Et encore, "il s’agira de redéploiements de personnels et non de créations de postes", précise un proche du dossier. Certes, neuf autres recrutements sont envisagés d’ici septembre 2014, mais rien ne dit que le jeu des mutations et des candidatures permette de faire le plein.

Côté juge d’instruction, aucun nouveau poste n’est créé en plus de ceux du tribunal de grande instance de Paris. Dans le rapport annexé au projet de loi, le ministère de la Justice estimait pourtant que "compte tenu de la complexité des dossiers, 10 magistrats d’instruction supplémentaires seraient à prévoir". Le nouveau proc’ va donc commencer en douceur...

Le nombre d’affaires qui devrait atterrir sur son bureau dès février sera limité à trente-cinq, contre une centaine de dossiers identifiés par la place Vendôme au moment de la présentation de la loi.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.