Jonass
Abonné·e de Mediapart

8 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 avr. 2013

Il y a 3000 ans, en 2013

Les enfants, asseyez-vous, le cours commence…Zapping rapide…- Ils utilisaient de l’obsolescence programmée, pour créer du travail pour reconstruire des objets qu’ils venaient de détruire eux-mêmes. Nos sorciers appellent cela actuellement de ‘l’alchimie économique inversée’ : détruire des ressources naturelles pour les transformer en argent virtuel.

Jonass
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les enfants, asseyez-vous, le cours commence…

Zapping rapide…

- Ils utilisaient de l’obsolescence programmée, pour créer du travail pour reconstruire des objets qu’ils venaient de détruire eux-mêmes. Nos sorciers appellent cela actuellement de ‘l’alchimie économique inversée’ : détruire des ressources naturelles pour les transformer en argent virtuel.
 

- Ils n’avaient pas besoin de faire travailler tout le monde, ils pouvaient produire assez pour tous, et vivre avec ce qui se faisait. En fait, ils auraient pu bien vivre. Comme ils auraient pu trop produire, ils détruisirent leurs terres pour être sûr de ne pas les cultiver, et les ateliers pour moins construire. Dans les traces que nous avons retrouvées, on a compris qu’ils dirent : il y en a qui travailleront, et d’autres pas. Sur des tombes on a retrouvé leurs noms, ‘Actif’ et ‘Chômeur’. Mais les archéologues ne sont pas d’accord. L’interprétation la plus naturelle pour certains archéologues est de dire que les chômeurs représentaient une classe de maîtres dominants qui avaient mis les autres en esclavage autonome. D’autres se demandent si les chômeurs n’auraient pas été eux les esclaves ou les oubliés de la société. Une très petite minorité se demande si actifs et chômeurs n’étaient pas les esclaves d’une troisième frange de la population, qui drainait à elle leurs biens et ce qu’on appelait l’argent.


Eclats de rires dans la salle : « Ils disent vraiment n’importe quoi ces derniers archéologues. Ce n’est pas possible. Si une troisième frange utilisait les autres, ils les auraient fait tous travailler pour gagner et s’approprier encore plus. »


Réponse de la maîtresse : « C’est bien Nicolas, tu suis. Et pourtant, nos archéologues insistent. Mais il leur manque des données pour comprendre, c’est ce qu’ils appellent le chainon manquant de l’économie post-moyenâgeuse. Cette époque d’obscurantisme par surinformation avait tellement manipulé et falsifié toutes les informations et données numériques, que nos archéologues n’arrivent plus à reconstruire la réalité de l’époque. Ils ne sont même pas sûrs qu’à l’époque quelqu’un la comprenait non plus d’ailleurs. En fait, nous avons constaté qu’il ne nous reste que très peu de chose de concret. Toute trace n’est que mensonge répondant à un autre mensonge.
 

- « Et le droit de cuissage, Madame… reparlez nous du droit de cuissage. » cria un enfant tout enjoué.
D’accord : Ca a couvert tout notre Moyen-Age, jusqu’à 2013, année du grand chaos. Au départ, ce n’était que physique, chaque jeune fille et chaque jeune homme devait céder à un maître, à son dresseur, une partie de sa sensibilité avant de pouvoir user de ce qui en restait. Quelques années plus tard, ils étendirent le principe aux biens et à leur outil d’échange, l’argent. Ils appelaient ça l’égalité proportionnelle (salaire proportionnel, taxation proportionnelle, etc). Ils ne raisonnaient que sur une échelle uniforme de  valeurs de 0 à l’infini. Pourquoi 0 ? Parce qu’on ne considérait pas qu’un être humain avait besoin d’un nécessaire pour vivre. Quand des gens avaient un peu mis de côté, leurs maîtres leur prenaient d’abord ce qu’ils voulaient. Diviser par deux pour tout le monde : celui qui était en mode survie l’était deux fois plus, celui qui était en mode expansion exponentielle de ses richesses n’était ralenti que quelques jours, le temps que l’argent des plus pauvres lui revienne. Ils aimaient ce principe qu’ils disaient d’égalité. Leur intellect ne raisonnait pas encore sur des seuils, seuil de survie, de confort, d’épargne, d’enrichissement, etc. Seuils de notre première étape de développement pré-moderne, qui permit de réduire les vitesses d’enrichissement de certains avant de faire passer d’autres en phase de déficit et de survie. A l’époque archaïque, même quand les plus riches avaient laissé les plus grosses dettes de l’histoire à payer, le paiement de ces dettes rendit ces riches encore plus riches, et les pauvres encore plus pauvres. C’était un péage, un droit de cuissage. Ce qu’il faut bien comprendre les enfants, c’est qu’il ne s’agissait pas vraiment d’argent, mais plus d’une philosophie. Quand ce n’était que physique, certains espéraient transmettre leurs gènes. Quand ce fut économique, ils pensèrent aussi que l’excès d’injustice ferait naître d’autres fraudeurs et faiseurs d’injustices. Nos archéologues ne sont pas tous d’accord sur tout, mais ils sont unanimes sur ce point : la plupart de nos ancêtres aimaient la pauvreté, seule une petite minorité aimait l’argent. C’est évident, sinon ils auraient créé plus d’argent.


Mais Madame, dit Joséphine, j’ai lu quelqu’un qui disait que certains auraient bien aimé avoir plus d’argent, mais qu’on les empêchait alors de créer directement de l’argent, et aussi de créer des biens à transformer en argent, même si l’essentiel de cet argent serait revenu à d’autres.


En effet Joséphine, quelques rares personnes le disent. Mais comme le faisait remarquer Nicolas tout à l’heure, ça semble tellement absurde qu’on l’ait empêché que ça reste invraisemblable.
 

- Allez les enfants, le cours est fini. Remettez vos masques à gaz et vos bottes anti-radiations. Nous allons sortir voir le passage de la voiture démonstrateur d’herbe. Et si vous êtes sages, il y aura peut-être même un… ancêtre animal.
« Pourquoi déjà ‘2013 l’année du grand chaos’ Madame ? ».
La professeure : il fallait bien choisir une date. Les archéologues ont pris l’année que nos ancêtres avaient choisit où, quand il fut enfin bien évident qu’ils n’arrivaient plus à maîtriser leur société, ils décidèrent de créer les premiers animaux phosphorescents. Chacun connaît la suite.


Et les enfants riaient… Ca chahutait… « Elle nous dit n’importe quoi notre professeure, elle invente, ça n’a pas pu exister ». Et d’autres : « Qu’est-ce que c’était archaïque ! C’étaient vraiment des animaux nos ancêtres, ils ne savaient pas penser. Au départ ils étaient tout nus, après ils jetaient leur pot de chambre par la fenêtre, puis après ils se sont détruits eux-mêmes. Et dire qu’on vient de là. Heureusement qu’on a muté. »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse