Quand la Scientologie investit Facebook

Sur le réseau social Facebook (90 millions de comptes actifs à travers le monde), c’est une des applications les plus populaires de ces dernières semaines. Word Challenge est un petit jeu (très) chronophage
Tom Cruise le Scientologue : yes, he can © Grand Gourou
Tom Cruise le Scientologue : yes, he can © Grand Gourou

Sur le réseau social Facebook (90 millions de comptes actifs à travers le monde), c’est une des applications les plus populaires de ces dernières semaines. Word Challenge est un petit jeu (très) chronophage car terriblement addictif, à mi-chemin entre le Scrabble et Motus (si, si, vous savez, le jeu télévisé…). Gratuite, cette application ludique est « sponsorisée » : c'est-à-dire qu’une bannière publicitaire impossible à supprimer vient s’afficher durant quelques secondes à l’issue ou au début de chaque partie. Or, surprise, un des sponsors présents sur Word Challenge ces derniers jours n'est autre que l’Eglise de Scientologie, qui n'a en France d'Eglise que le nom.

 

 

Surprenante et même inquiétante, cette présence de la Scientologie sur Facebook n’a pourtant rien d’illégal. Mouvement sectaire pour ses détracteurs (et ils sont nombreux de ce côté de l'Atlantique) mais nouvelle religion selon ses adeptes (Tom Cruise et John Travolta en tête... de gondole), la Scientologie n’est en effet interdite ni aux Etats-Unis, où elle a vu le jour et prospère tranquillement, ni en France, où bien qu’elle soit pointée du doigt régulièrement, son expansion se poursuit, souvent de façon ingénieuse et inattendue. Des applications permettant de jouer au Scrabble auraient également été visées ces derniers mois : http://nous-prend-on-pour-des-cons.blogspot.com/2008/06/la-secte-de-scientologie-recrute-sur.html.

 

Concrètement, à moins que la direction de Facebook ne décide de s’en mêler ou qu'une grogne des utilisateurs ne les contraignent à réagir, il n’y a pas grand-chose à faire pour empêcher quelqu’un, même s’il s’agit de la Scientologie, de sponsoriser une application à disposition de la communauté Facebook. Et vue la popularité de Word Challenge, son sulfureux sponsor a en tout cas visé juste.

 

Reste à savoir quel impact peut avoir ce type d’initiative auprès des joueurs : concentrés sur leur partie, impatients de passer à la suivante pour les plus addicts, il y a fort à parier que peu d'entre eux prennent le temps de jeter un coup d’œil à la bannière venant « polluer » leur moment de détente. Et s’ils leur venaient l’idée de taper « Scientology » dans l’outil de recherche de Facebook, ils tomberaient certes sur des centaines de réponses, mais à 95% hostiles aux préceptes du gourou Ron Hubbard, père de la dianétique scientologue. Même proportion sur Google.

 

Lutter contre le racolage de la Scientologie sur le Web, tel est la mission que se sont attribués les Anonymous, un groupe de cyber activistes anonymes présent dans une trentaine de pays. Depuis le début de l'année, ils se sont lancés dans une vaste offensive en ligne contre l'organisation : bloquant le site officiel du mouvement ou remettant en ligne des vidéos compromettantes qui avaient été supprimées de You Tube (!). Notamment une, vue des millions de fois depuis, dans laquelle Tom Cruise, surexcité, vante sans réserves les mérites de la Scientologie, avec un comportement pas franchement rassurant...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.