Après Liu Xiaobo, le blogueur Tan Zuoren attend sa sentence

Mardi, on connaîtra le sort réservé à Tan Zuoren, ce blogueur chinois de 55 ans considéré comme un criminel pour avoir mis en ligne la liste des noms de 5781 écoliers victimes du tremblement de terre du Sichuan en mai 2008. Il risque 5 ans de prison.

YouTube
Mardi, on connaîtra le sort réservé à Tan Zuoren, ce blogueur chinois de 55 ans considéré comme un criminel pour avoir mis en ligne la liste des noms de 5781 écoliers victimes du tremblement de terre du Sichuan en mai 2008. Il risque 5 ans de prison.

Hasard du calendrier, deux américains ont appris le 4 février leur nomination aux Oscars, grâce à un documentaire poignant sur la douleur des parents d'écoliers morts le 12 mai. A l'époque du tournage, Matthew O'Neil et John Alpert s'étaient rendus sur place pour filmer les efforts des sauveteurs. Ils ont changé "d'angle" après avoir assisté à une longue marche de parents révoltés vers le bâtiment du gouvernement de province à Chengdu, la capitale du Sichuan. Bloqué en Chine, le site Youtube met en ligne leur film, dont voici les séquences. On y voit des parents déterminés à marcher jusqu'à Chengdu tandis que les maires des différents villages et responsables locaux du parti complètement paniqués, tentent tour à tour et par tous les moyens de dissuader les parents d'arrêter leur mouvement. On y voit aussi des experts impassibles, incapables d'appeler un chat un chat, d'admettre face aux ruines et devant les parents en colère, que les briques de ces écoles cassaient comme du verre, qu'il n'y avait quasiment pas de ciment entre elles ou que les fers à béton étaient fins comme des bâtons de sucette.

Une mère, haute comme trois pommes face à un officiel muet: "Vous, les cadres, envoyez vos gosses dans les belles écoles des grandes villes ou de l'étranger. J'aurais préféré que le mien soit un petit voyou, illettré plutôt que de le laisser crever à l'école du peuple". Ou cette mère que les gens du village poussent à répéter face caméra que le gouvernement et que le parti sont bons pour les paysans, plutôt que d'aller marcher. "La Chine me traite très bien. Je peux leur montrer ma carte d'invalidité", lui gueule un paysan.

Résultat de cette marche: le gouvernement local a interdit tout rassemblement de plus de 3 parents devant les écoles en ruines et acheté leur silence: une prime de 5000 euros pour les parents contre leur engagement à respecter la loi et ne pas troubler l'ordre social.

A cette heure, aucun officiel n'a fait l'objet d'une condamnation et l'enquête promise par les autorités n'a toujours pas été révélée.

1 sur 5:

YouTube

 

2 sur 5:

2/5

 

3 sur 5:

YouTube

 

4 sur 5:

YouTube

 

5 sur 5:

YouTube

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.