Tuo Zhen face à la presse

En réécrivant lui-même le dernier éditorial de l'hebdomadaire Nanfang Weekend, le chef de la propagande du Guangdong Tuo Zhen n'imaginait pas un tel barouf !
2013年1月7日,广州大道289号第一献花的人,勇敢的 @染香姐姐二世 © Zola Zhou
2013年1月7日,广州大道289号第一献花的人,勇敢的 @染香姐姐二世 © Zola Zhou

En réécrivant lui-même le dernier éditorial de l'hebdomadaire Nanfang Weekend, le chef de la propagande du Guangdong Tuo Zhen n'imaginait pas un tel barouf !

Après un rassemblement paçifique d'une petite centaine de Cantonais devant le siège du journal ce weekend pour dénoncer la censure, le mouvement semble prendre de l'ampleur.

("Regarder la peur dans les yeux": cette jeune femme fait le V de la victoire au policier qui cherche à l'intimider)

(SayCheese.jpg

Non sans astuce, quelques organes d'information contrôlés par le Parti affichent leur solidarité avec le Nanfang Weekend, dont la rédaction vient de se mettre en grève pour protester contre l'attitude de l'officiel Tuo Zhen, ex n°2 de l'agence officielle Xinhua (=Chine Nouvelle) et aujourd'hui en charge du contrôle des médias de la puissance province du Guangdong, au Sud de la Chine.

Tuo-Zhen-4594.jpg

Sur le réseau social Weibo, certains blogueurs de renom comme Han Han ou simplement des célébrités comme l'actrice Yao Chen osent réclamer une presse libre.

Cette crise va être très intéresssante à suivre. Si les journalistes du Nanfang Weekend parviennent à focaliser leur rancoeur sur l'officiel Tuo Zhen, ils pourront sensibiliser l'opinion publique sur la censure encore longtemps... tout en obtenant la tête du dit-officiel.

Mais si ce mouvement déborde vers une critique du Parti, alors ce dernier s'empressera de le réprimer: par la fermeture du journal par exemple.

Voilà en tous cas un test grandeur nature pour le nouveau président Xi Jinping, sur la direction et le degré d'ouverture politique qu'il entend offrir au pays.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.