Bienvenue aux pandas

C’est un évènement “historique” puisque Le Parisien a dépêché son envoyé spécial jusqu'en Chine. Deux pandas du Sichuan arrivent ce dimanche à midi sur le tarmac de Roissy Charles de Gaulle.

Chantal Goya - Pandi Panda © Brouco
C’est un évènement “historique” puisque Le Parisien a dépêché son envoyé spécial jusqu'en Chine. Deux pandas du Sichuan arrivent ce dimanche à midi sur le tarmac de Roissy Charles de Gaulle.

Escorté par la Garde républicaine, ils vont séjourner au zoo de Beauval pendant dix ans, durée de leur bail.

Comme Bing Xing et Hua Zuiba pour le zoo de Madrid en 2007, ces deux pandas-là ont couté bonbon à la France et ont fait l’objet, pendant cinq ans, de tractations incessantes au plus haut. Ces grosse bêtes mignonnes et paresseuses seront quand même un joli cadeau pour les enfants et une formidable opportunité économique pour le Loir-et-Cher.

Yuan Zai et Huan Huan, originaires de Chengdu dans le Sichuan, pèsent tous les deux plus de 80 kilos et mangent 35 kilos de bambou chacun, les goinfres ! Tian Tian et Yang Guang, les pandas d’Edimbourg en Ecosse sont nourris à 85% par du Bambou poussant en Allemagne. Quid de Beauval?

Yuan Zai est mâle. Huan Huan est femelle. Si ces petits oursons de location finissent par faire des bébés en France, ceux-ci devront obligatoirement rejoindre le sol chinois (et ce n’est pas Claude Guéant qui est derrière cette règle). Beauval est le neuvième zoo de la planète à jouir de pandas prêtés par la Chine. En matière de logistique, le transporteur Fedex fait sa promo en offrant le transport aérien direct entre Chengdu et Paris, sur un Boeing tout neuf rebaptisé “Panda Express” pour l’occasion.

Pour des raisons de sécurité et pour éviter de stresser les pandas, aucune réception publique n’est prévue sur le tarmac français. Mais FedEx propose de suivre le périple des deux bestioles sur le site suivant: http://blog.fedex.com/panda-express-france

Quand tout va mal, le panda, gentil et mignon, est un bel outil de “soft power” à l’étranger et le meilleur moyen d’éviter les sujets “sensibles” dans les médias chinois. Une grève massive ? Le panda a coulé son plus beau bronze devant les caméras de CCTV. Des émeutes paysannes? Un panda vient de mettre bas, rapporte l'agence officielle Xinhua.

Mais revenons à nos plantigrades “français”. Parce qu’ils auront besoin d'un gros dodo après leur long voyage, ils ne seront visibles au public qu’à partir du 11 février. J’imagine déjà à l’entrée du zoo la petite boutique de souvenirs à l’effigie du panda. Attention, chers consommateurs, je vous aurai prévenu: le mignon bonnet synthétique en forme de panda pour lequel vous succomberez, ne coûte à Pékin qu’une poignée de yuans.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.