La lettre des 100 militants des droits de l'homme pour libérer Liu Xiaobo

Depuis ce matin circule sur la toile une nouvelle lettre, signée par 100 intellectuels, avocats et professeurs proches de Liu Xiaobo. Ils demandent à ce que le Prix Nobel soit libéré. La voici dans son intégralité, en Français .
Depuis ce matin circule sur la toile une nouvelle lettre, signée par 100 intellectuels, avocats et professeurs proches de Liu Xiaobo. Ils demandent à ce que le Prix Nobel soit libéré. La voici dans son intégralité, en Français .

 

 

"Le citoyen chinois Liu Xiaobo a obtenu le prix Nobel de la paix 2010.

 

Cette nouvelle a eu un impact extraordinaire tant en Chine qu’à l’étranger. C’est un événement historique pour la Chine contemporaine, une nouvelle occasion pour elle d’effectuer une transition pacifique vers un gouvernement constitutionnel. Dans un esprit de responsabilité devant l’histoire, et devant le destin futur de la Chine, nous publions le communiqué suivant :

 

1) L’attribution par le comité Nobel du prix Nobel de la paix à Liu Xiaobo correspond aux objectifs et aux critères d’attribution de ce prix. Dans la société contemporaine, la paix est inséparable des droits de l’Homme, la privation de la vie et son piétinement ne se produisent pas seulement sur les champs de bataille, mais sont également causés par la mise en oeuvre de mauvaises lois et d’une politique de violence.Le concert de louange de la part de l’opinion internationale montre que l’attriution du Prix à une personnalité représentative du mouvement chinois des droits de l’homme est une décision correcte et opportune.

2) Le choix de Liu Xiaobo pour ce prix est particulièrement juste, car il n’a cessé de défendre les droits de l’homme de manière non-violente, et a toujours adopté une position raisonnable dans sa résistance aux injustices sociales ; il a montré une grande ténacité dans son combat pour obtenir la mise en oeuvre d’un régime constitutionnel,et malgré les persécutions, il est dépourvu de toute haine, ce qui fait de lui un candidat idéal pour le Prix. Les idées et la pratique de Liu Xiaobo constitutent pour les Chinois de mode de résolution des conflits

3) Dès qu’il a obtenu le Prix, les gouvernements de tous les pays, les dirigeants de toutes les régions et de toutes sortes d’organisations n’ont cessé d’exiger des autorités chinoises qu’elles libèrent LXB, ;nous adoptons la même attitude. En même temps, nous appelons les autorités à libérer tous les prisonniers de conscience et les prisonniers politiques enfermé pour des raisons d’idéologie,d’expression ou de foi religieuse.Nous appelons à prendre au plus vite toutes les mesures pour que LXB regagne sa liberté, qu’il soit réuni à son épouse Liu Xia, et qu’il puisse se rendre en personne à Oslo recevoir le prix.

4) En apprenant la nouvelle, dans toute la Chine, des citoyens ravis ont organisé des banquets, des réunions, ont porté des banderolles, distribué des tracts pour célébrer ou discuter l’événement ; ces actions sont tout à fait légales et raisonnables. Mais les policiers ont ont réprimé ces activités, des citoyens ont été gardés à vue, interrogés, menacés, renvoyés dans leur lieu d’origine, voire détenus, placés en résidence surveillée, privés leur liberté d’action, privés de leur droit de communiquer avec l’extérieur, comme l’épouse de LXB Liu Xia. Nous exigeons que la police mette immédiatement un terme à ces actes illégaux et libère immédiatement les citoyens détenus.

5) Nous appelons les autorités chinoises à adopter une attitude raisonnable face à l’attribution du Prix à LXB, et en observant les réactions chaleureuses en chine et à l’étranger, à se mettre en accord avec le courant mondial ; la Chine doit entrer dans le courant principal des valeurs universelles et de la civilisation de l’humanité, et établir l’image d’un grand pays positiv et responsable. Nous sommes convaincus que toute amélioration et toute bonne intention du gouvernement chinois sera accueillie par la compréhension et le soutien de tous, et poussera la société chinoise dans une direction pacifique.

6) Nous appelons les autorités chinoises à tenir leur promesse de réforme du système politique. Le premier ministre Wen Jiabao, dans un ensemble de discours, a récemment manifesté son profond désir de faire avancer la réfome politique, et nous sommes prêts à participer à ce processus. Nous souhaitons que dans le cadre de la Constitution de la République populaire de Chine, de la Charte des Nations Unies qu’il reconnaît, et des traités internationaux qu’il a signés,le gouvernement puisse garantir réellement tous les droits des citoyens, qu’il mette en oeuvre une transition sociale pacifique afin de faire de la Chine un pays démocratique, doté d’un Etat de droit digne de ce nom.

 

(*) je ne sais pas qui l'a traduite. Traduit par Jean Philippe Béja. Plus d'infos sur la lettre ici. Voici les personnalités les plus connues figurant parmi les signataires, avec des éléments de bio.

Xu Youyu: chercheur en philosophie à l'Academie des Sciences Sociales, think tank du gvt central et historien de la révolution culturelle

Cui weiping: professeur de sciences sociales à l'Académie du Cinéma. Signataire de la Charte 08

Dai Qing: ancienne militaire devenue journaliste et militante des droits de l'homme.

Xia Yeliang: professeur d'économie à l'université de Pékin, que nous avions interviewé pour le reportage du vendredi 08 octobre.

Il était venu s'exprimer devant la presse étrangere, à l'annonce des résultats du prix nobel, au pied de l'immeuble de Liu Xia.

Tsering Woeser: poétesse d'origine tibétaine

Teng biao: avocat des droits civiques notamment au service des chrétiens chinois (edit 21h25).

Il a recu le prix des droits de l'homme des mains de Rama Yade en décembre 2007.

Mo zhixu: ami proche de liu xiaobo, blogueur, actuellement consigné chez lui. Son autre nom est Zhao Hun.

Pu Zhiqiang: avocat des droits civiques au cabinet Beijing Huayi Law Firm

Li Datong: journaliste viré du China Youth Daily. Il écrit pour une ong "opendemocracy" basé à Londres

Ai Xiaoming: professeur de lettres à la retraite et vidéaste. A réalisé un documentaire censuré sur les mères du séisme du Sichuan.

Ni Yulan: avocate spécialiste des affaires d'expropriations.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.