Jordan Pouille
Journaliste reporter
Pigiste Mediapart

206 Billets

4 Éditions

Billet de blog 17 avr. 2012

Lu Tian Fu, 28 ans, souffre en silence

Lu Tian Fu est arrivé à Pékin il y a neuf jours. Assis sur la place de la gare centrale, l’homme est sale, sent mauvais et ses pieds sont en piteux état. Il n’a plus d’orteils, seuls des os qui sortent de sa chair suintante. Chaque jour, des milliers de Pékinois le croisent en faisant la grimace.

Jordan Pouille
Journaliste reporter
Pigiste Mediapart

Lu Tian Fu est arrivé à Pékin il y a neuf jours. Assis sur la place de la gare centrale, l’homme est sale, sent mauvais et ses pieds sont en piteux état. Il n’a plus d’orteils, seuls des os qui sortent de sa chair suintante. Chaque jour, des milliers de Pékinois le croisent en faisant la grimace.

Il y a cinq jours, des policiers lui ont fortement suggéré de disparaitre, afin d’échapper à la vue de leur chef de brigade, qui vient inspecter la place chaque après-midi. Lu Tian Fu est à présent sous l’un des deux ponts piétonniers, enjambant la route parallèle à la gare et pas très loin d'une entrée dérobée, où les Audis d'officiels et de militaires pénètrent pour accéder directement au quai. La police nous affirmait que Lu Tian Fu serait pris en charge par une équipe médicale dédiée aux SDF, à l’image du Samu Social. Il n’en est rien. Aujourd’hui, l’homme survit grâce à des fruits un peu pourris que lui donne un commerçant en fin de journée. Le marchand assure qu’il n’est pas un mendiant professionnel ni même un de ces estropiés, exploités par la mafia locale.

Mais alors, qu’est venu faire Lu Tian Fu à Pékin? Les hôpitaux d’Harbin, sa ville d’origine, auraient refusé de le soigner, parce qu’il n’était pas en mesure de payer. Ici, il nourrit l’espoir qu’une association le prenne en charge. Incapable de marcher, il reste au sol, presque végétatif. Il n’harangue personne, on dirait plutôt qu’il attend. Il rumine, même, en apercevant l’hôpital de Tongji au bout de la rue. A cause de son “hukou” d’Harbin (: passeport interne), aucun établissement de santé pékinois ne lui ouvrira ses portes, à moins qu’il ne puisse allonger la monnaie.

Lu Tian Fu est un ancien soldat de l’Armée Populaire de Libération. Il était basé dans la province du Yunnan et s’en allait combattre à la frontière avec la Birmanie, “et souvent au delà”.  Mais c’est, dit-il, lors d'une bagarre, après un gros coup de crosse à la tête, déformant son crâne, qu’il quitte l’armée et rentre à la maison. L’an dernier, ses parents, son frère meurent dans un accident de voiture. Sa belle-soeur est toujours hospitalisée. Il s’est ruiné en tentant de la faire soigner. Il s’est alors retrouvé sans logement, à dormir dehors, dans le froid sibérien d’Harbin. Ses orteils ont gelé pendant le Nouvel An Chinois. Ses mains sont rouges sang, gonflées “mais ça va mieux” assure-t-il.

En postant - avec son accord -  sa photo sur mon compte Weibo (le twitter chinois) ce matin, j’ai reçu un coup de fil d’une “newsproducer” de la BBC. Même si elle semblait plus intéressée par son passé de militaire que par son état de santé, j’espère que la diffusion d’un reportage de la Beep poussera les autorités à agir en faveur de Lu Tian Fu. Les ong pékinoises manquent de fonds et de moyens pour répondre efficacement à la détresse humaine. Edit 18h13. Une équipe de secours se rend sur place et promet de nous tenir au courant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Genre
À l’École polytechnique de Montréal, un « attentat antiféministe »
Le 6 décembre 1989, un homme armé d’une carabine semi-automatique entre dans les locaux de l’École polytechnique de Montréal et tue 14 étudiantes. Considéré comme le premier meurtre antiféministe de masse, « Poly » a bouleversé les Québécois et les Québécoises, et marqué un tournant dans l’histoire du pays.
par Aurélie Lanctôt (La Déferlante)
Journal — Éducation
Suicide de Dinah, 14 ans : « On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.