Fillon à Pékin, Liu Xiaobo en procès et un grand silence

Mo Shaoping dont le cabinet d'avocats défend le dissident emprisonné Liu Xiaobo avait prévenu: «Vous verrez que le procès risque de se tenir très vite, entre Noël et Nouvel An quand l'attention de l'Occident sera tournée ailleurs, vers les fêtes».

Liu-thumb-480x338-9741-thumb-220x154-9742.jpegMo Shaoping dont le cabinet d'avocats défend le dissident emprisonné Liu Xiaobo avait prévenu: «Vous verrez que le procès risque de se tenir très vite, entre Noël et Nouvel An quand l'attention de l'Occident sera tournée ailleurs, vers les fêtes».

 

Et de fait, la nouvelle tombe comme un couperet:

«Liu Xiaobo sera jugé mercredi pour subversion, e trisque jusqu’à 15 ans de réclusion.

L’avocat de l’écrivain et dissident chinois Liu Xiaobo, poursuivi pour activités subversives, a précisé qu’il sera traduit en justice mercredi à Pékin. Cet ancien universitaire est détenu depuis plus d’an an pour avoir rédigé avec un collaborateur un essai critique à l’égard du Particommuniste chinois, intitulé "Charte 08".

Il risque jusqu’à quinze ans de prison s’il est reconnu coupable de subversion. Les États-Unis et l’Union Européenne (UE) ontpubliquement réclamé sa remise en liberté.»

 

Plus d'informations dans cet article du Times Online.

 

Cela peut paraitre dérisoire mais le procès se tiendra juste après le voyage officiel du premier ministre français à Pékin.

Trois jours lucratifs au cours desquels la France aura pu s'atteler à la réconciliation entre les deux pays, à travers la signature de douze contrats industriels portant sur le nucléaire, l'aéronautique et l'environnement, notamment.

 

Dans ces conditions, François Fillon peut-il encore et doit-il faire entendre la voix du "pays des droits de l'homme" quand, la semaine dernière, les Etats Unis et l'Union Européenne ont affiché leur opposition à l'emprisonnement annoncé de Liu Xiaobo? Pas un mot se semble avoir été prononcé sur le cas Liu Xiaobo durant les deux premiers jours de la visite francaise, et a fortiori, après l'annonce cet après midi de la date du procès.

 

Entre la promesse d'achat inespérée de deux réacteurs nucléaires et un soutien à un défenseur historique de la démocratie en Chine, la position française est désormais intenable. Peut-être que ce voyage marque la fin d'une époque, d'une diplomatie où nos élus pouvaient encore résister à un boycott de Carrefour et murmurer le mécontentement des Francais face aux entailles faites aux libertés individuelles en Chine. Aujourdhui, place au silence. Un silence assourdissant.

 

Le premier ministre offre une réception aux Francais de Pékin mardi soir, soit à quelques heures du procès. A suivre...

 

Lire en cliquant ici un précédent billet de blog:

Le dissident Liu Xiaobo inculpé de «crimes graves»

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.