Jordan Pouille
Journaliste reporter
Pigiste Mediapart

206 Billets

4 Éditions

Billet de blog 23 déc. 2009

Jordan Pouille
Journaliste reporter
Pigiste Mediapart

Liu Xiaobo: un début de procès musclé

Métro Babaoshan, proche du cimetière militaire. La Première Cour Intermédiaire de Pékin a jugé ce matin le dissident et écrivain Liu Xiaobo.

Jordan Pouille
Journaliste reporter
Pigiste Mediapart

Métro Babaoshan, proche du cimetière militaire. La Première Cour Intermédiaire de Pékin a jugé ce matin le dissident et écrivain Liu Xiaobo. Il est 9h, la température est encore en dessous de zéro. Une cinquantaine de journalistes grelotent dehors, à 80 mètres à droite de l'entrée du tribunal. Les policiers sont partout. Les partisans se comptent sur les doigts d'une main.

La plupart des journalistes sont américains, allemands ou italiens. Les caméras sont à terre ou sur les trépieds, prêtes à être dégainées. On cherche les journalistes français croisés la veille lors de la réception du premier ministre. Les caméramen n'ont pas le droit de filmer l'entrée du tribunal; ils sont parqués derrière un long ruban de chantier bleu et blanc et encerclés de policiers qui se gênent pas pour les photographier ou vérifier leur identité. Un témoin crie en chinois "Il faut défendre Liu Xiaobo" avant de s'avancer vers le tribunal le long d'un chemin balisé.

Au même moment, d'autres étrangers font des allers-retours le long de ce même couloir de barrière métalliques. C'est le chemin balisé entre l'entrée du tribunal et le bout de trottoir réservé aux médias. Il s'agit en fait de courageux diplomates canadiens, américains et européens dont la demande d'assister au procès est finalement rejetée "parce qu'il n'y aurait pas assez de place à l'intérieur, nous dit-on". Alors ils s'expriment devant les journalistes, chacun leur tour, pour afficher l'opposition de leurs pays à l'emprisonnement annoncé du dissident chinois. On apprend que le beau-frère de Liu Xiaobo assiste au procès.

Le correspondant de zdn, la deuxième chaine télévisée allemande est sur le front depuis 7h du matin. Il est 10h: avec son cameraman et son preneur de son, il s'accorde une courte pause au pied de l'hôtel Pullman, adjacent. Il se souvient du procès de Hu Jia, tenu en mars 2008. "On a filmé l'arrivée de l'avocat ce matin. Il ne peut pas s'exprimer devant la presse avant le verdict. A l'époque, c'était beaucoup moins sécurisé ici. Aujourdhui, il y a des policiers absolument partout. C'est impossible de filmer le tribunal et ce qui s'expriment ont peur d'être arrêté".

On s'éloigne. A quelques mètres un homme à casquette, la quarantaine, se fait bousculer. Il s'est exprimé devant les caméras mais les policiers n'ont rien dit. Puis il s'est éloigné de la zone banderolée et a été rattrapé en silence. Deux officiers le saisissent par les bras et l'embarquent en douceur à bord de l'une des camionnettes stationnées sur le trottoir d'en face. "Des témoins disent que plusieurs personnes ont déjà été arrêtées" pourra-t-on lire sur une dépêche matinale. Trois d'après les twits chinois. Mais quels témoins oseraient s'exprimer au micro d'un journaliste étranger? A 11h, la rue est désormais entièrement bouclée; seuls déambulent des policiers en civil que l'on voit régulièrement s'entretenir avec leurs homologues en uniforme, aux extrêmités des rues Shi Jing Shan et Lu Gu Dajie.

Twitter s'affole

Vendredi dernier, le bloggeur dissident basé à Canton et signataire de la Charte08, Wen Yun Chao s'est fait saisir chez lui ses deux téléphones et son ordinateur portable.

Ce matin sur Twitter, "Sfchoi8964" précise en chinois à qui voudra bien le lire, qu'on trouvera les supporters de Liu Xiaobo avec un petit ruban jaune discret sur la poitrine. Ils attendraient devant l'entrée du centre commercial tout proche, surveillé lui aussi. C'est le West Wanda Plaza, un quartier d'hôtels de luxe et de commerces. Leur ruban jaune est le nouveau symbole de solidarité avec Liu Xiaobo. Certains l'ont déjà noué ce matin sur les portes d'autres tribunaux, aussitôt coupés aux ciseaux par les vigiles. Voir la vidéo tournée par un internaute à Hong-Kong, au même moment.

L'artiste engagé et signataire de la Charte08 Ai Wei Wei n'est pas là (updated: il arrivera à 11h05). La "Mère de Tian An Men" Din Ziling non plus. A 73 ans, celle qui promettait la veille d'apporter son soutien à l'extérieur du tribunal est finalement cloîtrée chez elle en résidence surveillée. Idem pour Liu Xia, l'épouse de Liu Xiaobo, qui n'a pas obtenu l'autorisation d'assister au procès.

Posté devant l'entrée du tribunal, un bloggeur met en ligne sa colère sur "twitterpic"

L'écrivain de Chengdu et autre signataire Ran Yun Fei bloggue à 9h54 l'arrestation d'une dissidente devant le tribunal dont le pseudo est Nv Zhenzi. L'information est reprise aussitôt par le site des écrivains indépendants chinois ChinesePen. Un autre signataire, Zola Zhou, fait circuler les photos de rubans jaunes sur son compte twitter...

Mais sur d'autres blogs, les internautes solidaires de Liu Xiaobo ne se font guère d'illusion sur l'issue du procès. "Il y a eu tellement de signataires pour la Charte08 que Hu Jintao devra montrer un signe très fort".

Il est midi. La première journée de procès touche déjà à sa fin. Trois bloggeurs twittent leur départ "Nous entrons dans le métro. Des policiers nous collent au train".

Sur le forum zyzg.us, un texte en chinois mis en ligne hier mardi à 22h08 pronostique un verdict pour le 25 décembre. L'information sera confirmée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André