Chronique d'une expulsion annoncée

La vie qui bascule sournoisement. Trois fois rien. Une petite affiche collée sur un mur de briques, hier soir. Ce matin, plusieurs centaines de Pékinois apprennent que leur quartier va être rasé, qu’ils vont bientôt être expulsés.

La vie qui bascule sournoisement. Trois fois rien. Une petite affiche collée sur un mur de briques, hier soir. Ce matin, plusieurs centaines de Pékinois apprennent que leur quartier va être rasé, qu’ils vont bientôt être expulsés. Ce midi, j’en ai vu qui discutaient, haussaient la voix devant l’affichette avant de soupirer et s’en aller. Un par un, ils devront se présenter en mairie, avec leurs certificats de résidence, pour connaitre le montant des indemnités compensatoires. Quelques irréductibles feront jouer la montre pour tenter d’augmenter l’obole, d’autres au contraire se presseront pour espérer un traitement de faveur des officiels locaux.

jordan-pouille-03-chaoyang-mars-2014.jpg

jordan-pouille-04-chaoyang-mars-2014.jpg

Engoncés entre la tour cuivrée Reignwood – le club des milliardaires fondé par le patron de Red Bull en Chine – et les tours jumelles LG, ces riverains si proches de l’avenue Chang’an Jie se savaient en sursis dans leurs petits immeubles décatis. Lei et moi avons vécu dans une résidence mitoyenne, derrière le Marché de la Soie, au sommet d’un bâtiment identique évacué en décembre dernier.

jordan-pouille-02-chaoyang-mars-2014.jpg

Dans leur lotissement, j’avais mes habitudes. Ce midi encore, sur un bout de trottoir, j’y ai englouti un bol de nouilles à 10 yuans, préparé par une grand mère que j’appelle “Mama Zhongguo” (Maman Chine) pour amuser la galerie. Elle garde toujours une saucisse knacki dans sa poche de tablier, qu’elle offre à mon chien.

Ses clients sont des ouvriers, des vigiles, des voituriers, des hôtesses d’accueil qui s’attablent dès 11h. L’un d’eux a une fille unique rentrée de trois années d’études au Canada. Alors quand on se croise, il lui téléphone et me passe son appareil pour que je lui tienne la conversation.

Aujourd’hui, Mama Zhongghuo n’était pas d’humeur festive…

jordan-pouille-01-chaoyang-mars-2014.jpg

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.