Outre-manche, La presse pop se lâche sur "Starkosy"

La presse populaire britannique a rarement affiché un tel enthousiasme pour accueillir un chef d'Etat étranger. Sans doute parce-que les ingrédients magiques lui ont été présentés sur un plateau d'argent. Mettez une paire de seins, un mannequin, un homme de pouvoir, une Reine mère fidèle à son protocole, saupoudrez le tout d'un peu de guéguerre franco-anglaise et vous obtenez une exquise couverture médiatique dans la plus pure tradition des red-top newspapers.

 

"MEET MRS STARKERZY" Avec humour, The Sun fait sa une sur la "sexy new first lady" qui accompagne son président de mari, en jouant sur l'adjectif starkers (= à poil) et le patronyme Sarkozy. Le journal propose à ses neuf millions de lecteurs une photo en noir et blanc de la première dame de France dénudée. Cette photo qui, hasard du calendrier (?), est exposée chez le commissaire priseur Christies à Londres et sera mise en vente le mois prochain à New York. Rebaptisé pour l'occasion, le président "Starkozy" est au coeur d'un autre scandale. D'après The Sun, l'Elysée aurait exigé de consulter la liste des vins prévue lors du dîner ce soir avec la Reine au chateau des Windsor. Perfides Français qui se croient tout permis en terre d'Albion ! Dans un éditorial au vitriol, la rédactrice en chef Rebekah Wade se méfie des discussions de fond attendues aujourd'hui entre Gordon Brown et le président de la République. Elle prévient: "pas question de laisser l'armée britannique aux ordres de l'Europe et donc du "New Napoleon", Nicolas Sarkozy "qui veut devenir le nouveau patron de l'union européenne".

 

Dans le Daily Mirror, c'est Posh qui vole la vedette à Carla. Photo à l'appui, Le tabloid s'inquiète de l'anorexie de madame Beckham qui assistera ce soir à la rencontre de football France-Angleterre et la 100e sélection de son mari en équipe nationale.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.