Champion ou le superpouvoir d'achat

Rayon Charcuterie, supermarché Champion de Drancy (93700) Samedi 29 mars 2008, 12h10 «Allez monsieur, on en profiiiiite, aujourdhui, Champion vous offre le repas. Yen aura pour tout le monde, on en profiiiiite». Les caddies s'arrêtent, les cabas sont au point mort, on se regarde, on s'interroge.

Rayon Charcuterie, supermarché Champion de Drancy (93700) Samedi 29 mars 2008, 12h10

 

«Allez monsieur, on en profiiiiite, aujourdhui, Champion vous offre le repas. Yen aura pour tout le monde, on en profiiiiite». Les caddies s'arrêtent, les cabas sont au point mort, on se regarde, on s'interroge. Un élan de gratuité lorsque tous les prix sont à la hausse, forcément c'est suspect. Un habitué se méfie: «Encore une offre à la "Dix achetés, un gratuit" , un "offert en points miles" voire "offert lors de votre prochain achat avec la carte bidule"»

 

Ouste les mal-pensants ! «Voilà monsieur, c'est un cadeau, un cadeau de Champion. C'est tout frais d'hier». L'animateur de l'opération couscous remet ses premières barquettes. La foule gonfle à vue d'oeil, l'ambiance est à la rigolade mais gare aux petits malins coupeurs de file. «On se croirait au Resto du coeur, quelle honte de voir ça», grogne une grand-mère. Sa voisine: «Ils feraient mieux de baisser les prix au lieu de nous refourguer leur couscous périmé». Un sweat-shirt "Les 30 jours Champion" sur le dos, des jeunes du quartier s'activent: les grosses boîtes pour la semoule, les petites pour la viande et les repas se distribuent à tour de bras.

 

Ni vu ni connu, le vigile du supermarché essaie de faire passer sa femme devant tout le monde. No Pasaran, ça râle sec chez Champion. «Momo, pas de privilège, les clients d'abord», crie l'animateur ostensiblement. On retrouvera la grand-mère grogneuse à la sortie du magasin, tout sourire et une barquette de couscous dans chaque main. «J'espère qu'il a pas oublié les merguez».

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.