Le fiel du looser!

Le débat se termine comme il avait commencé. Ennuyeux, terne, sans intérêt. Sarkozy arc bouté sur les thèses lepenistes à propos d'immigration, usant du mensonge, affirmant des contre vérités, prêt à la nouvelle croisade contre les musulmans. Partisan du tout nucléaire, retardant le retrait des troupes d'Afghanistan, le candidat de la droite paraissait sonné, anéanti, sur la défensive. A-t-il intégré sa proche défaite? Probable. Son attitude ressemblait davantage à la posture du perdant. Très loin de sa prestation de 2007. Son terrible bilan lui collait à la peau et son résultat électoral du 22 avril le clouait sur place. Qu'il est loin le temps de son arrogance.

Quand à Hollande, il a réussi à dominer ce débat sans nous passionner. Ses propositions n'ont pas changé. "Coup de pouce au Smic conditionné à la croissance", introduire un "pacte de croissance" dans le traité européen sans toucher au mécanisme européen de stabilité, réduire les niches fiscales et fiscaliser les revenus du capital comme ceux du travail tout "en honorant la dette publique". Pas un mot sur les profits financiers, sur le partage des richesses. Sur le rôle de la BCE, il reprend la proposition du Front de gauche d'amener la banque à prêter aux états à un taux faible. Il propose de taxer davantage les fortunes. Il fermera la centrale nucléaire de Fessenheim et retirera les troupes d'Afghanistan à la fin de l'année s'il est élu. Il veut réduire l'immigration économique, mieux accueillir les étudiants étrangers, s'attaquer aux filières clandestines. Positif bien qu'insuffisant.

Ce soir, avantage Hollande. Ouf! Très bien pour chasser Sarkozy dimanche. Beaucoup reste à faire pour transformer le vote de rejet en vote d'adhésion à une politique de gauche . Ce sera l'ordre du jour de l'élection législative.  Bonne nuit et banzaï!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.