Menacer n'est pas solutionner!

Ça cafouille au sommet de l'État. Petits pas après petits pas, le pouvoir cède devant la poussée populaire confiante de sa force. Retrait des hausses prévues en janvier, baisse du prix de l'essence, rien n'y fait. Mouvement  en croissance, assemblées citoyennes démocratiques, participation massive des lycéens pour leurs revendications, étudiants en embuscade, le mouvement populaire assoit son bon droit, le droit à vivre libre, à vivre mieux, à vivre en fraternité et en égalité. Les idéaux républicains retrouvent leur lustre.

Devant ce désir de prendre la parole, de s'engager, d'avancer des solutions à la crise sociale, politique et institutionnelle, Macron ne trouve rien de mieux à faire que de se taire. Petit Président! Il faudra bien dénouer la crise politique qu'il a créé. Courageusement, il fait dire par ses perroquets que la manifestation de samedi sera mortelle. Faire Peur. L'histoire a prouvé que la peur n'évite pas le danger. La peur n'est pas une politique. Or les gens souhaitent une autre politique économique, sociale et démocratique.

Que faire? Faire grandir le mouvement en passant d'un soutien virtuel (80%) à la participation concrète sur les barrages, les ronds-points, les manifestations et les assemblées citoyennes. On peut exiger la tenue des conseils municipaux pour délibérer sur les revendications des "gilets jaunes" et sur les revendications lycéennes et étudiantes. On peut écrire et rencontrer les parlementaires pour exiger leur soutien à l'Assemblée nationale et au Sénat. On peut écrire des cahiers de doléances à adresser au Président, au Premier ministre même si  ses jours sont comptés.

Ensemble, dans tous les villages et les villes du pays rassemblons-nous, discutons et agissons. Il y va de l'intérêt du pays que notre petit monarque a oublié dans sa morgue et son mépris! Ensemble, nous allons gagner et inscrire une belle page d'histoire qui nous marquera à jamais.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.