Trump s'est trumpé!

Les élections de mi-mandat ont donné un succès aux démocrates. Nuancé car le sénat reste républicain. Échec du président américain qui  s'est impliqué sans retenue dans ce combat préparatoire aux échéances présidentielles. N'hésitant pas à utiliser des "fakes", des insultes, des contre-vérités, des menaces, rien n'y a fait. Il a perdu des plumes dans cette bataille considérée par lui comme décisive pour la suite. La démission forcée du ministre de la justice sont les premiers craquements visibles au sein de l'executif US. Trump ne pourra pas gouverner sans tenir compte du résultat électoral. Changement de cap, certainement pas. Mais difficultés supplémentaires pour son administration c'est certain.

Plus intéressant dans ces résultats, c'est la participation des jeunes électeurs qui ont choisi d'élire des candidates jeunes, démocrates proches de Bernie Sanders, leader socialiste au sein du parti démocrate. Une clarification politique déterminante qui ouvre une nouvelle voie anti libérale aux Etats-Unis. Un renouveau surprenant. L'amorce d'une nouvelle formation rompant radicalement avec les ambiguïtés des démocrates? L'avenir répondra.

La coupure entre les villes et la campagne s'est encore imposée. Les milieux religieux interviennent également dans les processus électoraux. L'Amérique est bien malade. Le fric roi, le racisme, les inégalités croissantes, la violence permanente pèsent lourdement sur la population. La politique de Trump aggrave ces contradictions, crée des dissensions, favorise l'éclatement de la nation.

Malgré tout, l'espoir se renforce. Ces élections redynamisent les forces qui résistent.

Soyons solidaires des forces progressistes qui mènent des luttes difficiles.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.