Sur A2, Delahousse se discrédite!

Je n'en crois pas mes oreilles! Le journal de 20h s'est surpassé. Première salve: la journée du 11 novembre. Le commentateur nous explique que nous commémorons les soldats morts durant la guerre de 14-18,  les soldats morts en Afghanistan et tous les troufions morts sur les différents champs de bataille. Vous me direz qu'il ânonne le credo présidentiel. Certes mais le journaliste ne doit-il pas rétablir la réalité des faits? Mourir pour défendre le pays contre l'invasion étrangère est un acte digne que des millions de français ont consenti et que nous devons honorer car nous leur devons la liberté. Faire la guerre pour défendre les intérêts américains disqualifie notre pays aux yeux des peuples du monde entier. On ne peut s'en glorifier. Lisons ce qui est gravé sur les stèles de tous les villages et nous comprendrons pourquoi il est impossible et dangereux d'amalgamer les guerres qui nous ont été imposées et celles menées au nom de motivations étrangères à notre peuple.

Malheureusement, François Hollande vient de franchir la ligne. En faisant du 11 novembre la journée fourre tout, au demeurant initiée par Sarkozy, il commet une faute historique. La droite et l'extrême droite vont s'engouffrer dans la brèche révisionniste et le peuple de gauche y perdra son latin. En fait le président veut instaurer une nouvelle "Toussaint" qui éviterait les confrontations idéologiques et permettraient un vague consensus. Encore une fois, il recule face aux pressions de la droite, piétinant allègrement les marqueurs de la gauche mitterandienne et jospiniste qui était au pouvoir depuis 1981.

A ce jeu là, la famille Lepen marquera des points. Les nostalgiques des colonies, les spécialistes de la torture et leurs émules pourront s'imaginer être traités en sauveurs de l'humanité et des valeurs universelles. Quelle honte! Les poilus doivent se retourner dans leur linceul à Verdun comme à Craonne!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.