premiers reculs du pouvoir!

Le premier ministre annonce 4 mesures destinées à clouer le bec des "gilets jaunes" dont je suis. Je crois qu'il a tout faux. La colère est bien plus puissante qu'il n'y parait. Le prix des carburants n'est que la face visible du ras le bol de la pauvreté, de l'austérité, de l'injustice fiscale.  Quelles sont ces mesures "cachets d'aspirine"? La prime à la conversion de 4000€ pour les plus modestes soit environ 100 000 automobilistes concernés. L'aide au covoiturage, une "arlésienne" non chiffrée. Le chèque énergie de 150 à 200€ pour payer les factures qui pourrait toucher 2 millions et demi de foyers s'ajoutant aux trois millions qui dejà peuvent en bénéficier. La prime remplacement des chaudières à fioul non chiffrée, autre "arlésienne". Le coût total de ces mesures estimé à 500 millions d'euros.

Le chiffre à lui seul représente "l'effort gouvernemental" contraint après quinze jours d'actions diverses. Une aumône en comparaison de la seule suppression de l'Impôt sur les grandes Fortunes qui fait perdre au budget 4 milliards par an. Quel décalage! Et je ne parle pas du  CICE  donné aux actionnaires des grandes entreprises sans contrepartie. Remarquons que le gouvernement annonce déjà des augmentations des carburants en janvier, des péages des autoroutes, des assurances, des contrôles techniques dont il a réduit les délais  entre deux interventions.  Autrement dit, nous allons payer, beaucoup payer. 

Au nom de la transition écologique? C'est délicatement dit pour nous faire accepter des baisse du pouvoir d'achat au prétexte de la lutte contre les émissions à effet de serre et les particules fines.Mais rien sur le ferroutage, pas plus sur la mise en action d'un plan éolienne. Pas de taxation de Total et des groupes pétroliers ni la nationalisation des autoroutes. A les entendre, ils se préoccupent de notre santé. En fermant les hôpitaux, en réduisant le nombre de toubibs, en limitant les médicaments, en réduisant les crédits pour la recherche. Bref nous sommes loin du compte pour éteindre l'incendie social.

Les mouvements de colère ne s'achèveront pas le 17 au soir. Déjà  des groupes ont décidé de poursuivre l'action. Seront-ils suivis? Je n'ai pas de réponse aujourd'hui mais le mouvement engagé peut faire tâche d'huile. Ce serait intéressant. Les ingrédients y sont, reste l'engagement citoyen à  faire converger. C'est possible. C'est souhaitable pour ramener ce gouvernement à l'écoute des gens.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.