Nouveaux Jacques contre grand manipulateur!

Macron, tel un général napoléonien, vient de s'adresser aux français du haut du porte-avions pour leur dire quoi, qu'ils étaient manipulés par des forces obscures travaillant à déstabiliser le pays. Ce petit roitelet plutôt que d'écouter les demandes du peuple a l'arrogance de poursuivre ses insultes et insinuations. Même pas capable de parler correctement et simplement aux gens. Il s'ingénie à rechercher le vocabulaire qui soufflera sur les braises pour mépriser et avilir.

Ce type n'aime pas le populo. Il n'éprouve qu'empathie auprès des riches industriels et banquiers, si possible anglo-américains ou allemands. Il ne se comporte pas comme un président de la république, il représente la caste des privilégiés pédants, dominateurs. Il lui en cuira plus tôt qu'il ne le pense.

L'histoire de France lui revient en boomerang. Le 17 novembre renoue avec les grandes jacqueries du moyen-âge, les sans-culottes de 1789, les insurgés des trois glorieuses, le mouvement de 68. Le fil rouge, l'irruption du peuple dans l'histoire pour dire stop aux inégalités criantes, pour contraindre les dirigeants à changer leurs orientations. Vous me trouverez bien lyrique mais il y a un peu de tout ça dans les mouvements actuels. Il est des moments où le peuple inconsciemment renoue avec son passé contestataire.

Macron nous disait "gaulois réfractaires". Il ne croyait pas si bien dire. Gaulois non, réfractaires à sa politique oui! Il vient de comprendre que la fronde est profonde. Il lâche 500 millions pour désamorcer l'action. Je disais une aumône. J'avais tort. Obole conviendrait plutôt car si on ramène la somme aux 20 millions d'automobilistes, l'aide sera de 25€ chacun et une seule fois. Rien comparé aux 40 milliards de fraude fiscale tous les ans.

Qui manipule? Qui ment? Qui menace? Macron et son gouvernement docile, à la botte. Quels sont les effets sur les "gilets jaunes"? Aucun. Sûrs de leur  bon droit, les nouveaux Jacques du 21e siècle s'apprêtent à mener un mouvement multiforme inégalé. Peut-être les suites sont imprévisibles. Je suis persuadé qu'elles auront lieu.  Avec vous, j'en serai.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.