jose espinosa
Abonné·e de Mediapart

190 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2022

Un petit air de campagne!

jose espinosa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Depuis une semaine il flotte un air nouveau, une petite musique agréable: La possibilité d'un changement de politique et de président n'est plus une question tabou. Quelques commentateurs se laissent aller, se lâchent distillent l'idée que le monarque n'est pas à l'abri d'un coup de froid. L'ampleur de la colère sociale apparaît pleinement. Les mouvements sociaux reprennent de la vigueur: gilets jaunes, convoi de la liberté, grèves dans les entreprises, manifestations paysannes. Les hausses de prix de l'énergie (gaz, électricité, carburants), des prix alimentaires sont souvent la cause de cette insurrection sourde mais tenace. Les problèmes de logement, de transports, de l'école et de la santé minent la vie quotidienne de millions de gens. Ajoutons-y le chômage de masse, les fermetures d'usine, la pauvreté et la limitation progressive des libertés, le tableau se noircit. L'indignation, la révolte couve dans le pays. Les français désignent Macron comme responsable principal de cette situation puisque c'est lui qui décide seul et il l'assume. Personne ne s'y trompe, le changement passe par l'échec du président sortant. C'est la seule porte de sortie. C'est l'élection présidentielle qui est la clé de voûte de tout le système. Il s'agit bien de gagner cette élection pour commencer à s'extraire de la crise sociale, économique et politique que nous connaissons.

Macron ne se presse pas pour se déclarer candidat. C'est tout bénef: il utilise notre argent pour faire campagne, les moyens présidentiels à sa disposition, l'autorité de son pouvoir pour éviter tout débat, toute contre verse. Mieux il peut dispenser de l'argent pour tenter d'acheter les électeurs en lâchant quelques miettes salariales par ci par là, en subventionnant telle ou telle corporation, en accordant quelques subsides  chèques énergie par exemple payés par les impôts des contribuables. Ni vu ni connu je t'embrouille ce sont les gens qui se paient une portion de leurs dépenses et non les entreprises qui ont augmenté les prix et leurs profits. La fête du  CAC 40, la valse des  milliards dans les poches des actionnaires bat son plein. Mais peu à peu la population en prend conscience et cela heurte la conscience de nombreux français. Surtout lorsque les scandales des EPHAD surgissent à la lumière. Macron savait mais a laissé faire ces structures privées qui se sont gavées comme jamais.

Oui, la petite musique gagne du terrain au vu des récents évènements: Macron peut être battu. mais par qui me direz-vous? Les candidats d'extrême droite se fracturent, se déchirent publiquement. La haine de l'un, le mépris de l'autre, le racisme des deux, ça ne soulève pas les foules. La France n'est pas fasciste ni raciste. La France est solidaire. C'est une constante dans notre vie depuis la Révolution de 1789 et peut-être avant.

Valérie Pécresse, c'est la droite musclée qui n'offre aucune perspective de progrès social ni de démocratie. Elle partage des thèses communes avec Zemmour et Le Pen sur l'immigration ce qui la disqualifie auprès de ses propres troupes.

Reste la gauche. Hidalgo que le PS soutient comme la corde soutient le pendu marque le pas et risque de réaliser un score inférieur à celui de Hamon en 2017. Taubira qui ajoute une candidature en supplément dans des conditions troublantes, impréparée et incohérente. L'extrême gauche , Poutou pour le NPA, Nathalie Artaud pour Lutte ouvrière s'attend à des petits scores insignifiants. Le candidat communiste Roussel mène une campagne de rassemblement interne pour continuer à exister et sauver les sièges de député. Les Verts avec Jadot défendent leurs thèmes environnementaux avec quelques difficultés et incohérences liées aux questions européennes notamment. Jean Luc Mélenchon, la tortue sagace semble disposer d'une force électorale qui en impressionne certains car sans l'appui du PCF il gagne des petits points semaine après semaine. tant et si bien qu'il est le seul selon les commentateurs à déclencher une dynamique qui pourrait le porter au second tour de la compétition électorale. 

Il reste moins de 50 jours. La problématique est la suivante pour celles et ceux qui souhaitent en finir avec le macronisme et le libéralisme: allons- nous laisser la droite et l'extrême droite phagocyter l'espace politique et poursuivre une politique la plus dure pour les travailleurs, les retraités et les chômeurs? N'est-il pas temps d'arrêter de décrier, de critiquer, de caricaturer le candidat le mieux placé pour figurer au deuxième tour? Que chaque candidat développe ses thèses, ses idées, son programme, logique. Mais planter des couteaux, il y a mieux à faire. 

La possibilité d'ouvrir une fenêtre sur l'avenir un peu plus humain et harmonieux est à portée de mains. Encore faut-il le vouloir. Les candidats devront assumer cette responsabilité devant les électeurs.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin