jose espinosa
Abonné·e de Mediapart

190 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 févr. 2022

Ukraine : Macron va-t-il suivre les faucons de l'OTAN ?

jose espinosa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Chaque jour apporte son lot d'informations contradictoires. Les médias soufflent le chaud et le froid, justifiant ainsi la peur des populations. Les partisans inconditionnels de L'OTAN hurlent en meute contre la méchante Russie et relaient sans vergogne les mensonges États-Uniens. Je repense à la guerre d'Irak quand le président américain a développé le plus grand mensonge pour engager la guerre contre l'avis de l'ONU. On a vu le résultat, le chaos total de ce pays. Il en est de même aujourd'hui, Biden annonce l'invasion de l'Ukraine chaque jour et chaque soir nous constatons heureusement que les frontières n'ont pas été franchies. Mais à ce jeu-là, les risques de confrontation se multiplient.

Le danger de guerre est bien présent. Le président français devrait engager ses forces pour amorcer la désescalade. Pour réussir, il faut calmer les ardeurs atlantistes ce qu'il ne fait pas, enfermé dans le cadre militaire du traité de l'alliance atlantique. Macron n'est pas crédible car déconsidéré par les États-Unis et les Allemands qui se réunissent pour accroître la pression sur Poutine pendant que le président français discute avec celui-ci pour l'amadouer. Les russes ne peuvent pas le prendre au sérieux. La faiblesse de Macron réside dans l'intégration au système militaire de l'atlantique nord dirigé par les américains. Pour jouer un rôle de médiateur comme l'a joué notre pays par le passé, il faut quitter cette alliance qui nous entraîne dans le sillage de la confrontation recherchée par les USA.

Venons-en aux faits. Que demande Poutine ? La sécurité des frontières, l'arrêt de l'extension de l'OTAN autour de la Russie, notamment de ne plus absorber d'autres pays limitrophes. La logique voudrait qu'on en discute sérieusement. Quels sont les buts des USA ? Faire de l'Ukraine un pion incrusté au coeur de l'Europe intégré dans l'OTAN. Position inacceptable pour les russes. D'où le blocage.

Et nous dans cette affaire ? Notre intérêt de Français c'est de tenir le cap : Non à une agression militaire des russes, non à l'expansion de l'OTAN, Oui à une conférence sur les frontières en Europe pour éviter les conflits armés. Seule position conséquente pour éviter la guerre qui serait une catastrophe pour les peuples en premier lieu pour les ukrainiens. Faut écouter le président de ce pays qui appelle au calme et à la négociation.

Je le rappelle à nouveau : suivre les faucons de la Maison Blanche entraînerait à nouveau la France dans "le bourbier ukrainien" dont personne ne peut entrevoir l'issue.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale