jose espinosa
Abonné·e de Mediapart

190 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2019

Pourquoi je voterai France Insoumise aux Européennes!

jose espinosa
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De passage sur un plateau télé, la question piège m'a été posée: Pour qui allez-vous voter aux européennes? Ma réponse fut la suivante: les gilets jaunes doivent voter pour battre la politique de Macron. Réfléchissez aux programmes mais votez. Personnellement je vais étudier les propositions des listes et je choisirai celle qui correspondra le plus à  mes idées comme je le fais à chaque élection.

S'abstenir, c'est permettre à Macron de se prévaloir d'être encore une fois adoubé par les électeurs car son électorat est un des plus mobilisés pour combattre le mouvement des gilets jaunes. Chez eux la rancune est tenace et la vengeance un de leur plat préféré. En organisant artificiellement un duel  Lepen/ Macron, le pseudo candidat-président veut faire d'une pierre deux coups. Répéter le match de la présidentielle et surtout créer les conditions pour enterrer les mouvements de contestation qui l'ont fragilisé dans la dernière période en évitant le débat sur les problèmes européens et leur conséquence dans le pays. Toujours la même ligne de conduite: la peur et la division.

Nous devons voter pour éviter deux écueils. Le premier serait de montrer un désintérêt pour les questions européennes qui pour nombre d'entre elles interviennent  directement dans l'organisation de nos vies. Prenons les questions sociales mises en avant par notre mouvement: pouvoir d'achat, retraites, minima sociaux, égalité hommes/femmes, emploi pour n'en citer que quelques unes. Le parlement européen peut légiférer sur un salaire minimum européen, sur le statut du travailleur détaché, sur la mise en place du principe "à travail égal, salaire égal" dans tous les pays européens, sur la relocalisation de nos industries, sur l'accueil humain des réfugiés etc..

Les questions écologiques peuvent trouver des réponses européennes comme le développement du trafic ferroviaire pour réduire les gaz à effet de serre, pour limiter le camionnage et diminuer l'empreinte carbone. L'Europe peut développer  une grande politique de transition écologique en investissant massivement  dans les énergies renouvelables. L'utilisation des pesticides, du glyphosate doivent être interdits et la politique agricole commune revue et corrigée. Voilà des problèmes qui nous concernent  et sur lesquels nous devons reprendre du pouvoir.

Les problèmes fiscaux tant décriés durant notre mouvement dépendent aussi de la politique européenne. L'Europe peut et doit mettre fin aux paradis fiscaux existant dans la sphère continentale. Je pense au Luxembourg, à l'Irlande, au Lichtenstein, à Jersey etc..

Que dire de la démocratie que nous revendiquons. En terminer avec la commission européenne qui décide de notre politique alors que les commissaires sont nommés et non élus. Établir l'indépendance de la banque européenne et obliger celle-ci à favoriser des politiques de progrès social et économique. Revoir de fond en comble les traités qui régissent le fonctionnement de l'Europe, redonner l'indépendance aux États.

J'ai essayé de résumer le lien étroit entre nos quatre grandes revendications et leur traduction europénne. Nous sommes très concernés par les résultats du vote des pays européens.

Deuxième écueil à éviter, laisser Macron organiser sa tambouille tranquillement. Notre mouvement le gêne profondément dans les rues, gênons-le dans les urnes en manifestant  notre  colère par des millions de votes contre sa politique. Nous pouvons y réussir dans l'union comme nous le faisons depuis 6 mois dans la rue. Il s'agit de réfléchir aux différentes propositions des listes en présence et aux actes des candidats. Chacune et chacun d'entre nous a observé les attitudes des différents partis. Vous prendrez vos responsabilités. Vous choisirez  en conscience.

Pour le 26 mai, mon choix est clair et simple à la fois. Je voterai contre la liste soutenue par Macron c'est évident. Je voterai contre la liste soutenue par Marine Lepen car je refuse la haine de l'étranger, je refuse le nationalisme sectaire,  je refuse les frontières humaines, je refuse les alliances avec les partis d'extrême droite en Europe.

Je choisirai France Insoumise pour le programme qui se rapproche le plus de mes idées. Mais aussi parce que la France Insoumise est un mouvement  et non un parti, un mouvement pluraliste qui comprend des écologistes, des socialistes, des communistes, des républicains. Un mouvement construit par des dizaines de milliers de sans parti, de simples gens qui sont à l'image du mouvement des gilets jaunes. On y discute des mêmes choses, on y débat, on s'y "engueule" pas trop, on y agit librement si l'on veut ou pas. C'est la seule liste crédible qui est animée par une jeune femme qui n'est pas de la famille FI, spécialisée dans la lutte contre les fraudeurs fiscaux.

Je voterai pour la France Insoumise pour être plus efficace contre les oligarques européens, pour une Europe plus démocratique, plus sociale, plus écologique et pour la paix.

En votant pour cette liste, je préparerai les combats futurs en donnant du poids à une force rassemblée qui ouvrira une perspective aussi pour notre pays.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Histoire
« J’ai pu apercevoir le docteur Asselah »
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal
En appel à Toulouse, des activistes handicapés plaident « l’état de nécessité »
Au cours d’une audience chargée de colère et d’émotion jeudi, les militants de l’association Handi-Social ont justifié leurs actions de blocage de la gare et de l’aéroport toulousains en 2018. Il y a un an, ces activistes avaient écopé de peines de prison avec sursis.
par Emmanuel Riondé
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle
Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix

La sélection du Club

Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles