Abandon par KO debout!

26 novembre 2013

Abandon par KO debout!

Première grande victime du suffrage universel à venir, l'ancienne ministre Dominique Voynet, maire actuelle de Montreuil, ville de plus de 100 mille habitants, vient de livrer dans le quotidien "Libération" sa décision de ne pas se représenter aux prochaines élections municipales. Une pleine page pour s'absoudre de sa responsabilité. Fustigeant ses adversaires du Front de gauche, donnant des coups de griffe à ses amis socialistes, expliquant à qui veut bien l'entendre que le rejet des élus et les ragots anti-institutionnels l'ont amené à prendre du recul en politique.

Certes je peux comprendre l'amertume et le désarroi d'un édile de la république devant la méfiance, quelquefois les amalgames rapides tenus par la population à l'égard des tenants du pouvoir national ou local. Mais concernant la maire de Montreuil tel n'est pas le cas. Souvenons-nous qu'en 2008, elle a rafflé la ville aux communistes par un subterfuge dont elle paye le prix aujourd'hui. Au premier tour, Jean Pierre Brard conducteur de la liste gauche plurielle arrive en tête devançant la liste écologiste menée par D.Voynet. La droite montreuilloise divisée en trois morceaux ne peut être présente au second tour. La démocrate D.Voynet, plutôt que de se retirer comme le veut la tradition républicaine, décide de se maintenir pour dixit dominique "faire gagner la gauche démocratique contre la gauche totalitaire. Suivez mon regard! Les électeurs de droite, heureux d'en finir avec une des plus anciennes mairies à direction communiste n'en croient pas leurs oreilles! On connait la suite, malgrè la forte progression de la liste Brard, c'est la liste Voynet qui l'emporte avec les voix de la droite qui jubile.

Examinons le bilan de la mandature Voynet:  En 50 ans de militantisme, je n'avais assisté à pareille cacophonie. Un an et demi après son investiture, si vous connaissez une ou un maire qui se met à dos les personnels communaux, veuillez me le signaler. Première grève générale qui sera suivie de deux autres en peu de temps. Mépris, refus de discuter, sanctions, voilà la "démocratie communale" versus D. Voynet. Ne pas comprendre que son administration est le meilleur vecteur électoral, chapeau Dominique!

Encore quelques mois et les socialistes qui avaient accompli le compagnonage écologiste quittent bruyamment la majorité municipale. Premier accroc politique de taille. Le deuxième viendra avec des dissensions au sein même des écologistes désemparés devant tant de médiocrité et de désinvolture. L'affaire du méliès, cinéma municipal d'art et d'essai à tarif  réduit, à la dimension nationale reconnue par le milieu du cinéma devient l'accroc culturel qui va la terrasser dans ces milieux.

Nous pourrions écrire longuement sur les conceptions immobilières de madame Voynet qui a ouvert en grand les vannes de la spéculation des promoteurs, la décision unilatérale d'appliquer les rythmes scolaires malgrè l'opposition des parents et enseignants, le muselage de la ville dans l'intercommunalité Est-Ensemble, les visions grandiloquentes avec la construction d'une piscine découverte dans les murs à pêche,  les contradictions de sa politique financière qui vont contribuer à l'augmentation de l'endettement de la ville  dont elle avait accablé l'ancienne équipe municipale.

J'arrête là cette énumération. Chacune et chacun comprendra les vraies raisons de son départ. Que dire du courage politique de cette politicienne qui abandonne ses amis en rase campagne! L'histoire jugera mais ne l'absoudra pas!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.