Un premier mai confiant!

Demain, nous serons à Denfert-Rochereau pour exprimer avec les syndicats, avec les travailleurs, avec nos familles les revendications que nous portons depuis tant d'années: salaires, retraites, conditions de travail, égalité hommes/femmes, égalité français/immigrés, libertés et droits syndicaux, solidarité internationale, paix entre les peuples. Nous y participerons aussi pour dire Non à l'imposture de Nicolas Sarkozy, pour le ridiculiser suite à ses déclarations sur "les vrais travailleurs et le vrai travail". La fête pétainiste fera un flop retentissant. Sarkozy y rassemblera non pas les salariés mais pour l'essentiel leurs employeurs et leurs actionnaires qui les exploitent. La fête des beaux quartiers, le Neuilly/Passy/Auteuil assemblé pour se regonfler le moral à la veille de leur défaite.

La signification du 1er mai ne sera pas entachée. A contrario, la journée de luttes marquera une étape dans le rassemblement pour se défaire de Sarkozy et ouvrir une nouvelle perspective de progrès social. Non seulement par le changement de locataire de l'Elysée, mais par le mouvement populaire que la situation peut insuffler. Les résultats électoraux du premier tour avec la forte progression du front de gauche en témoignent. Les travailleurs ne lâcheront rien sur leurs exigences vitales. L'union syndicale est un facteur de confiance. Faisons en sorte qu'elle se renforce.

La participation massive du monde du travail dans sa diversité ( manuels et intellectuels, jeunes et retraités, femmes et hommes, immigrés et français) démontrera au monde que la France n'est pas Lepeniste comme le font croire les médias et les "experts". La France demeure républicaine, enracinée aux idéaux de la Révolution. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.