José GAILLOU
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 mars 2015

Arrêt immédiat de la pulvérisation du malathion en Guyane

Il faut arrêter de toute urgence la pulvérisation du malathion en Guyane et lancer une étude sur les impacts de cette campagne calamiteuse.

José GAILLOU
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il faut arrêter de toute urgence la pulvérisation du malathion en Guyane et lancer une étude sur les impacts de cette campagne calamiteuse.

Je vous communique sous forme de lettre ouverte le mail que j’ai adressé ce matin aux parlementaires d’EELV, le député Michel François-Lambert, le sénateur Jean Dessessart, la sénatrice Aline Archimbaud en réaction à la publication de l’article du Figaro sur les 5 pesticides classés cancérigènes dont le malathion et demandant son arrêt immédiat par le conseil général.

Lettre ouverte:

«  Cinq pesticides ont été classés aujourd'hui cancérogènes "probables" ou "possibles" pour l'homme par l'agence du cancer de l'Organisation mondiale de la santé (Iarc). L'herbicide glyphosate,  l'un des plus utilisés dans le monde, et les insecticides malathion et diazinon ont été classés cancérogènes "probables chez l'homme", même si les "preuves sont limitées", selon l'Agence internationale de recherche sur le cancer (Iarc) »  Le Figaro.fr avec AFP  Publié le 20/03/2015 à 19:23

Au moment où je lis ces quelques lignes sur le Figaro, je ne peux que ressentir un sentiment mitigé de dégout et de colère, tant le mépris fut de circonstance par les responsables de la démoustication en Guyane à l’égard de Guyane Ecologie et du Collectif stop malathion en Guyane opposés à l’utilisation du malathion, produit reconnu dangereux pour la santé des humains et autres formes de vies (insectes, oiseaux  poissons, plantes…).

A entendre également  tous les beaux discours, au plus niveau de l’Etat notamment celui du président de la république lors de la conférence sur l’environnement en novembre 2014 (lutte contre les perturbateurs endocriniens et la pollution chimique), on est en droit de s’interroger du foutage de gueule à l’égard de la santé des guyanaises et des guyanais et de la biodiversité de notre territoire. 

Sommes nous quantité négligeable vouée à n’être seulement que des cobayes de la République?  

Après avoir dénoncer la dérogation accordée au conseil général pour l’utilisation du malathion en Guyane alors qu’il est interdit en Europe et qu’il ne fut pas utilisé en Martinique, en Guadeloupe, à la Réunion en dépit d’un pic épidémique de chickungunya élevé et d’un taux de mortalité importante,

Après avoir constaté que les autres moyens utilisés dans ces territoires concernés n’ont pas été retenus en Guyane (brigade nature, lutte efficace contre les gites larvaires, moyens coercitifs, entretien des espaces verts,…), 

Après avoir entendu le président du conseil général dire que le malathion ne tue pas, le chikungunya oui. Combien de mort à ce jour?  Cet aveu est une forme d’irresponsabilité et d’incompétence mais d’autant plus grave qu’il émane de l’exécutif départemental responsable de la démoustication.

Après avoir dénoncer la méthode utilisée, après avoir usé les voies parlementaires, après avoir entendu la réponse des ministres concernés, après avoir été méprisé par les services de l’Etat en Guyane (préfet, directeur de l’ARS) et du président du conseil général Alain Tien-Liong voila que l’OMS nous annonce le malathion classé comme cancérigène probable.

Quelle colère face à tant d’entêtement, tant d’incompétence au mépris de notre santé et de celui des générations futures. Que dirons-nous à nos enfant? Qu’avons-nous fait?

Au vue du gazage et de l’exposition de la population guyanaise face au malathion et qui s’intensifie dans l’ouest guyanais, on ne peut que  s’interroger sur la catastrophe sanitaire qu’elle encoure sur les années à venir sans parler du coût de la prise en charge des cas de cancers, des maladies endocriniennes, de l’obésité des jeunes, des diabétiques potentiels. Avions-nous encore  besoin de cela en Guyane? 

Les responsables irresponsables et les  incompétents seront-ils jugés et condamnés? 

L’alerte est donné par l’IARC il faut réagir rapidement avant  que la Guyane ne connaisse un scandale type chlordécone à l’instar de la Martinique et de la Guadeloupe.

Je compte sur vous pour interpeller encore une fois au plus haut niveau de la République, dans vos parlements et réseaux, pour que le bon sens l’emporte et que notre bien-être soit respecté.

Il faut arrêter de toute urgence la pulvérisation du malathion en Guyane et lancer une étude sur les impacts de cette campagne calamiteuse.

Pour info, je suis atteint du virus chikungunya depuis le mois de janvier 2015 malgré le passage anarchique de la baygonneuse dans ma rue et je n’ai reçu aucune visite du service de démoustication de Conseil général de Kourou alors que les résultats positifs lui sont communiqués par l’Institut Pasteur. j’ai dû moi même avertir tous les voisins et faire de la communication autour de moi.

Mes amitiés écologistes

Un peu de lecture:

Article Le Figaro

Article Guyane 1ère

Article Guyaweb

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo