Des éboueurs insoumis: un combat exemplaire (écrit par un porte-voix)

Merci Patron !!! Nous sommes les éboueurs d'une antenne de la société Otus-Véolia, située à Wissous dans le 91. Oui, Véolia, cette société qui fait d'énormes profits en France et par le monde.

Nous sommes les éboueurs d'une antenne de la société Otus-Véolia, située à Wissous dans le 91. Oui, Véolia, cette société qui fait d'énomes profits en France et par le monde.

Le directeur de notre antenne, la maître après Dieu ici, est proche de ses salariés.   Jugez-en...

  • "Face de rat..."
  • "Va apprendre à parler avant de me parler"
  • "Avant de partir de Wissous, je vais t'emplâtrer contre un mur"
  • "Celui-là, je vais me le faire"
  • "On va bientôt se débarasser des... (censure)"  Etc...
  • "Vous allez voir ce que je vais faire des syndicats"

Et l'on voit : en réunion (DP,CE,CHSCT), il répond par le mépris et les menaces.   Hors d'elles, il ne reçoit jamais la CGT, histoire de semer la division et d'isoler le syndicat majoritaire plus combatif.

MERCI PATRON !!!     Mais ne criez pas si fort, pensez à vos cordes vocales

 

Conditions de travail, injustices, pressions, erreurs de paie sans aucune explication, non respect parfois des 11 heures de repos obligatoire entre deux tournées, non paiement de nombreuses heures supplémentaires, etc.

Et les manquements à la sécurité, avec ce camouflage subtil qui consiste à offrir aux victimes des jours payés restés à la maison.   Oui, merci patron !!!   Et malheur à qui parvient à imposer son droit à l'accident du travail :  il se verra dénigré devant les autres.   C'est juste histoire d'améliorer un peu beaucoup les statistiques de l'antenne en la matière.

MERCI PATRON !!!     de vous inquiéter tant de notre santé

 

Enfin les salaires...   nos fabuleux salaires plutôt misère...   Ils n'ont pas été augmentés depuis bien longtemps.   Au mépris, nous pouvons y ajouter la non-reconnaissance du travail dur que nous avons.

MERCI PATRON !!!     c'est trop...   beaucoup trop !

 

ET QUAND C'EST TROP, C'EST TROP...   PATRON !!!

Alors la CGT et FO ont décidé d'une grève illimitée à compter du 18 février à 4 heures du matin (première tournée) :  pour les salaires, les conditions de travail, les heures sup., etc., et stop au mépris.   "Le bon vieux temps des colonies est révolu", phrase reprise d'un tract.

Cette grève bloque le ramassage des déchets, des encombrants et des verres dans les communes du Nord-Essonne et alentour.   Mais Véolia qui se croit au-dessus des lois, essaie de pallier.   Emploi d'intérimaires en empruntant des bennes qui ne sortent pas de l'entrepôt de Wissous, afin d'éviter que se reproduise le constat par huissier et inspecteur du travail (grâce à la CGT) d'un équipage composé de 3 intérimaires inexpérimentés. (certains se blessent et risque d'abîmer bennes et véhicules de riverains).   Cela n'empêche pas les poubelles débordantes et les encombrants de s'amonceler.

 

Aujourd'hui, après 16 jours de grève, nous sommes 80% des 250 salariés à suivre ce mouvement dur, toujours aussi déterminés qu'au départ.

Piquet de grève pour les uns.   Descentes des autres sur les marchés pour expliquer et collecter car la lutte sera longue.   "Qu'il vente, qu'il pleuve, qu'il neige, nous sommes toujours là derrière les bennes.   Alors ce n'est pas le climat ni la durée qui va nous affaiblir" vient de clamer le mégaphone.   Coup de Klaxon approbateur d'un automobiliste voyant le nombre.

Cette ambiance tranche avec une autre :  lettre au domicile de chacun, accusations mensongères d'entrave à la liberté du travail.   D'abord 12 grévistes, puis 4, puis 17 autres assignés en justice.   A chaque fois, le Tribunal a débouté la direction.   Mais les menaces de sanction demeurent.

Ils reçoivent depuis le départ la visite et le soutien du PCF et du PG.   Lamine Camara (PCF) et Eric Coquerel (PG), pour ne citer que les plus connus, sont déjà venus.

 

"la direction refuse de négocier, nous avons compris qu'elle veut laisser pourrir le mouvement tant que "ça reste entre nous", tant que les médias ne se saisiront pas de l'affaire..., tant que ça ne parvienne pas aux oreilles des actionnaires"

Alors il faut aller plus loin poursuit Philippe Juraver (PG).   Accord sur l'idée d'un rassemblement.   D'autres entreprises en lutte des environs seront invitées à venir soutenir.   La presse sera prévenue.

 

Le rassemblement du vendredi 04 mars à 11 heures

Ils sont tous là, les grévistes d'Otus-Véolia, entourés de nombreux habitants.   Nous y voyons aussi :

  • une forte délégation du syndicat Air France
  • le Parti de Gauche avec Eric Coquerel et Philippe Juraver notamment
  • le Parti Communiste avec Alain Morin notamment

 

Un combat exemplaire qui mérite le soutien le plus large.  

C'est une réponse concrète des salariés éboueurs à la casse du Droit du Travail via la loi El-Khomri.

Signé :   Les Chiroquois insoumis...   Groupe de soutien à Jean Luc Mélenchon pour les présidentielles de 2017.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.