Déliquescence judiciaires et ses causes

"Femmes-P" qui ont la haine de leur père dans leur tripes se vengent sur leur conjoint. SOEUR: Son conjoint la fait abdiquer à contre sens sur l'Autoroute de Strasbourg-Paris. Moi, je dois contrer ses faux en écriture (déshéritage, internement HO). Ex-EPOUSE: il s'avère qu'elle a organisé mon dépouillement dès le 1er mois, au divorce elle fait faire un faux à un notaire via un chantage tabou.

Manœuvre dénoncée :  Imbroglio judiciaire visant à anéantir le témoin et porteur de la preuve du 14-4-2009 du faux notarial.

Les 2 fautes originelles :   Travestir le faux notarial en le [PV de carence du 22-06-2009] du notaire Me JP Krantz en force de loi. 

Les agents de l’Etat Français mis en cause :    Trois Procureurs ; Cinq Juges ; Trois OPJ ; Un Préfet ; Un Notaire,

Délits de l’Etat et de ces 13 agents de l’Etat :    Superficialités par manque de moyens ; Intentions délibérées de me nuire afin de couvrir le délit originel de l’officier ministériel ; Treize faux et usages de faux ; Quatre intimidations du témoin et porteur de preuve, dont une HO sans fondement ; Chantage lors d’une donation ; Dénis de justice ; Obligation d’avocat ; Non instruction de mes onze plaintes ; Abus de pouvoir ; Dissimulation de la vérité ; Recèles de preuves ; Escroquerie en bande organisée ; Assujettissement de cinq avocats ; Violations du droit de la défense ; Jugements inéquitables ; Jugement sexiste ; 65 mois détournement puis séquestration de mes biens ;

Le 4 juillet 2009, je deviens un gênant en tant que témoin et porteur de preuve du faux du notaire M. JP Krantz (67610) en son PV de carence du 22-6-2009. Les instances judiciaires françaises s’évertuent alors à me rendre inaudible via une HO sans fondement (abus psychiatrique). C'est donc des moyens illégaux et tyranniques (Cf. §D2-03 et §D2-04) qui ont été employés afin de me rendre indisponible, impotent et juridiquement inaudible (Cf. §D2-05).  Ce n’est que 67 mois après,  pour avoir procédé de la sorte que :L’Etat Français, le Préfet et le Maire ont été condamnés (Cf. §E-1_) par le TGI de Paris, le 04-02-2015

En mars 2014, le document prétendu par la juge et l'avocat comme "un faux et usage de faux" dans l’assignation contre le notaire Me JP Krantz, n'est autre que la réponse contradictoire à la partie adverse qui elle tente de travestir en faux la preuve du 14-4-2009. Nonobstant, le récépissé de l’étude notariale Krantz elle-même, en Me Grieneisen,  rend cette preuve indéfectible et irrévocable. Ce dernier est le notaire attitré dans le compromis de vente.

EN FAIT, la juge déclasse une vérité et preuve en faux, en relève de la HO qui m'avait alors rendu inaudible pendant 67 mois ! 

Si les instances administratives et judiciaires, notamment préfets, notaires, procureurs ainsi que certains juges peuvent agir de la sorte, c’est qu’ils savent qu’ils sont extrêmement rarement inquiétés.

Ils sont d’abord rarement inquiétés car la complexité juridique conjuguée d’un imbroglio rend l’analyse insipide. L’ampleur et les manœuvres audacieuses sont tel qu’elle est perçue incroyable au point de qualifier le rapporteur de délirant. Puis la lourdeur des procédures et la saturation due aux sous-effectifs alors que la charge a augmenté de 80% depuis l’an 1990 contraignent à la superficialité. Puis les coûts induits en 7ème filtre-obstacle font que les dé-jugements de la 1ère instance n’ont que peu de chance d’aboutir en France. L’effet pandémique appelle à l’exutoire corporatiste tel que le « Mur des Cons » entre autres (SPDRE, Détention provisoire, …)

Ensuite la CEDH qui ne dispose que de trop peu de moyens pour les inquiéter. En effet, il n’y a que 47 juges et 2 assistants pour traiter 55'000 affaires par an, soit moins de trois heures pour lire les requérantÛdéfendeur, analyser, instruire, confronter, discerner le faux du vrai, rapprocher les lois, conclure, décider, communiquer alors que 30 à 40, voire 70 sont nécessaire.

 Il y a 15 ans, c’était 5'000 affaires soit 30 heures pour dérouler les 9 étapes. L’intention initiale était saine.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.