La gestion scabreuse d'un administrateur judiciaire provoque la liquidation d'un ...

Le niveau de compétence des experts du TGI de Bourges ne sont pas à la hauteur de la mission de l'institution judiciaire. Les magistrats ne sont jamais condamnés, c’est éventuellement l’Etat qui paye les dommages (très très rarement). Ils peuvent tout risquer envers un XY sans jamais être inquiétés ce, un peu au dépend de l’Etat et au mépris des dommages causés à la victime.

En juin 2013, l’ANVEDJ m'a demandé d'aider les époux Chxxxxxx à B….. qui faisaient face à une procédure d'expropriation. Les causes originelles remontaient à 1997, elles étaient veilles de 15 ans, donc prescrites.

Je me suis dépêché 3 jours sur place depuis l'Alsace (2 x 700 km) et ai mis en évidence la faute de l'administrateur judiciaire Me Lrrrrr qui avait refusé le recrutement de 45 CDD pour n'en avoir accordé que 15 pour récolter en 5 semaines les 900 tonnes de pommes.

Or,  du niveau CAP : 900'000 kg x 7 pommes x 5 secondes / 3600 / 25 jours / 8 h = 44 personnes. Soit 5 secondes par pomme pour (échelle, saisir, décrocher, panier, container). C’est ainsi, qu’avec un effectif réduit à 15 cueilleurs la Mme Tigre de papier impose la cadence 1,7 sec / pomme (elle , elle aurait pris plus de 10 sec). C'est ainsi que 600'000 kg de pommes ont pourris dans les vergers. Elle avait alors déclarée « ça fait rien, je n’aime pas les pommes ».  (Il me semble que les "sans-dents" et SDF auraient pu en manger)

 

Vu que l'avocat des Chxxxxx, en charge durant 4 ans, n'a pas su énoncer cette ânerie de niveau CAP, sa responsabilité civile a permis de mettre fin à l'expropriation et de ré-ouvrir pour invoquer les dommages à hauteur de 130'000 € qui lui avait valu la vente aux enchères de ses 7'000 pommiers pour couvrir les dettes causés par l’administrateur judiciaire.

L’administrateur judiciaire a fait une 2ème ânerie de même ampleur qui a fait propager une maladie de pommier à 7 autres arboriculteurs (encore 213'000 € de dommages).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.