Joseph VIDAL-ROSSET
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

1 Éditions

Billet de blog 25 mai 2009

La loi Hadopi est liberticide

On a déjà écrit énormément de choses sur la loi dite "Loi Hadopi", mais il faut à mon avis continuer de critiquer publiquement cette loi, sans relâche, afin que son abrogation devienne un des enjeux majeurs des prochaines élections nationales.

Joseph VIDAL-ROSSET
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© France Inter
© France Inter

On a déjà écrit énormément de choses sur la loi dite "Loi Hadopi", mais il faut à mon avis continuer de critiquer publiquement cette loi, sans relâche, afin que son abrogation devienne un des enjeux majeurs des prochaines élections nationales.Pour ceux qui ne savent pas encore ce qu'est cette loi, cet article de Wikipédia l'explique de façon suffisamment claire:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_Hadopi

Il est piquant de voir que des artistes célèbres qui ont toujours soutenu publiquement la gauche, comme par exemple Maxime Le Forestier, Michel Piccoli, Juliette Greco, Pierre Arditi, Bernard Murat, sesont adressés publiquement au PS et à Martine Aubry en particulier pour critiquer l'engagement du PS contre cette loi et donner tort à Martine Aubry. Maxime Le Forestier soutient que Martine Aubry a tort de croire en la licence globale. Mais il faut citer exactement les propos de Maxime Le Forestier rapportés par Le Point:

"Je dois dire que je ne reconnais plus le Parti socialiste dans cette bagarre politicienne qui veut qu'on s'oppose à un bon texte de loi pour s'opposer à un président de la République. D'autant que ce projet de loi "Création et Internet" n'est que la traduction des accords Olivennes. Or, Denis Olivennes n'est quand même pas un mec de droite, allons ! Là dessus, le PS fait monter la mousse en disant que ce projet sert à fliquer tout le monde. C'est n'importe quoi. Je trouve ça assez étrange... Au bout du compte, les seuls qui en profitent, ce sont les opérateurs télécoms. Pendant des années, quand il n'existait aucune offre de téléchargement légal, ils ont fait leur pub en offrant aux internautes en "cadeau Bonux", un produit qui ne leur appartenait pas, en l'occurrence, notre musique."

cité à partir de http://www.lepoint.fr/actualites-medias/2009-05-07/hadopi-interview-maxime-le-forestier-martine-aubry-a-tort/1253/0/341246

On remarquera la force des arguments de ce chanteur qui a été un des symboles de la génération 68: "Olivennes n'est pas un type de droite (comprenez: il dirige le Nouvel Obs, cqfd) et puis les opérateurs se sont servi gratuitement de notre musique qui nous appartient!" C'est tellement admirable que cela se passe de commentaires.

Je voudrais saluer ici le courage de Martine Aubry qui a, si j'ai bien compris, tenté de convaincre Maxime Le Forestier du bien fondé de son point de vue, mais qui n'a pas cédé à la pression médiatique des signataires de ce texte pro-Hadopi. Que l'abrogation de cette loi dangereuse parce que liberticide soit mise au programme de toutes les femmes et hommes politiques qui s'opposent à la politique de Nicolas Sarkozy. On ne peut pas prétendre défendre la liberté et se dire en faveur d'une telle loi. Son passage en force est à mon avis une des fautes majeures de ce mandat de Nicolas Sarkozy. Nul ne doit l'oublier et nul ne pourra lui accorder par son vote un second mandat sans du même coup accepter qu'on puisse en France édicter une loi dont le caractère liberticide est évident (pour s'en convaincre il suffit de lire attentivement l'article de Wikipedia cité plus haut. Je ne donnerai jamais ma voix à un homme ou à une femme politique qui soutient cette loi.

Enfin, que TF1 ait pu virer sans autre forme de procès un de ses employés, suite à l'interception d'un de ses emails où il s'exprimait en privé son opinion contre la loi Hadopi,non seulement suffi à infirmer l'opinion de Maxime Le Forestier, mais surtout constitue un des symptômes les plus inquiétants du régime sous lequel nous sommes en train de vivre. Et ce qui est encore plus inquiétant, c'est que l'on s'en émeuve si peu, car je n'ai pour l'instant entendu qu'Edwy Plenel dénoncer vivement ce scandale sans précédent (voir la vidéo). Merci Monsieur Plenel de refuser que l'on reste indifférent à un événement aussi inquiétant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement