Josephinegabault@gmail.com
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 juin 2019

Josephinegabault@gmail.com
Abonné·e de Mediapart

Réforme de l'assurance-chômage : crevez mais en silence.

Lettre ouverte à Muriel Pénicaud, Emmanuel Macron et Édouard Philippe d'une agente de Pôle Emploi.

Josephinegabault@gmail.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd'hui, je sors de mon devoir de réserve.

Mon devoir de solidarité et d'humanité est largement plus important que ce règlement intérieur que Pôle Emploi m'a fait signer.

Cela fait plusieurs nuits que je tourne le problème dans tous les sens. Parce que c'est bien d'un problème dont il s'agit. Pire d'une horreur.

Votre proposition de réforme de l'assurance-chômage me donne envie de hurler. Alors je vais le faire ici, calmement, mais je dois le faire. je n'ai plus le choix. Question de dignité.

QUI mieux que les agents de Pôle Emploi pour appréhender la violence de votre réforme ? Qui mieux que nous pour en mesurer les effets monstrueux sur les plus précaires ? Et qui devra gérer au quotidien la détresse supplémentaire des femmes et hommes que vous contribuerez à enfoncer un peu plus ? 

Nous. Oui nous, agents qui n'en pouvons déjà plus de nos conditions de travail qui se dégradent un peu plus chaque jour. 

Nous agents, dont la perte de sens de notre métier va de pair avec le durcissement de sanctions souvent générées justement par la complexité du système d'indemnisation et de son vocabulaire.

QUI pour expliquer demain aux chômeuses et chômeurs issues d'un temps partiel que leur indemnité sera désormais divisée par deux ou par trois  avec les nouvelles règles de calcul du montant journalier ?

QUI pour annoncer aux centaines de milliers de victimes précaires que désormais il faudra travailler plus longtemps pour avoir des droits ? 2 mois, qu'est-ce que c'est pour vous ? Un chiffre, pas grand chose. Pour ces travailleuses et travailleurs, ce sera le refus pur et simple d'être indemnisé. 

QUI pour justifier que le cumul emploi-chômage est désormais diminué parce qu'une infime minorité s'en sortait trop bien ? C'était tellement obscène et ô combien injuste, vous l'avez assez dit. Au point de le crier sur les plateaux télés pour justifier l'injustifiable : la baisse de l'indemnisation.

QUI pour sanctionner ces chercheurs d'emploi qui n'ont pas répondu à une offre parce que trop loin, trop peu payée, mal adaptée ? Parce que des offres il y en a, c'est vrai. Mais elles trouvent toujours preneur quand elles proposent des conditions correctes d'emploi. À part quelques métiers en pénurie de main-d'œuvre, les offres non pourvues le sont pour des raisons  bien identifiées.

Moi, agente de Pôle Emploi, j'accompagne, j'indemnise, j'écoute, j'oriente, je construis avec celles et ceux que je reçois.

Je prends leur désespoir en pleine figure chaque jour. C'est aussi cela mon métier, l'humain, l'empathie, le soutien face à cette détresse.

Vous savez, cette détresse quand on tente de survivre et de garder un semblant de dignité. Cet insupportable désespoir de ne pas recevoir de réponses aux candidatures envoyées par centaines : trop vieille, pas assez diplômé, trop chère, pas assez expérimenté, etc. Cet honte insidieuse qui met les victimes en marge de la société.  

Alors oui, j'aurais pu hurler seule dans mon coin.

J'aurais pu fermer ma bouche et faire mon boulot. J'aurais dû.

Je n'ai pas pu. 

Je refuse d'appliquer vos nouvelles règles et j'appelle à la désobéissance et la résistance de toutes et tous.

Empêchons cette réforme mortifère de passer. Elle sera fatale à beaucoup. Et surtout à notre honneur.

 Joséphine, agente Pôle Emploi parmi tant d'autres 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier