Marseille Provence 2013 : Terreur sur la ville…

« 300 noyés dans le Vieux-Port, 20 viols, 500 arrestations, 100 adhésions au Front national… la cérémonie d’ouverture de MP 2013 s’est déroulée conformément à la réalité d’une ville où les grands-mères vont acheter leur poisson sur le Vieux-Port armées de kalachnikovs, où les enfants dealent dès la maternelle, où la vie politique s’apparente à celle de l’autocratie tchétchène »…
Le résumé du coup d'envoi MP 2013 à Marseille © France 3 Provence-Alpes

« 300 noyés dans le Vieux-Port, 20 viols, 500 arrestations, 100 adhésions au Front national… la cérémonie d’ouverture de MP 2013 s’est déroulée conformément à la réalité d’une ville où les grands-mères vont acheter leur poisson sur le Vieux-Port armées de kalachnikovs, où les enfants dealent dès la maternelle, où la vie politique s’apparente à celle de l’autocratie tchétchène »…

Rions un peu. La presse dite nationale, qui est en fait une presse parisienne puisqu’elle concerne pour l’essentiel l’Ile-de-France (voir ses tirages), a donc une fois encore laissé fleurir, à fleurets mouchetés, ses jugements ethno-typés, à propos de l’inauguration de MP 2013. Cela conformément à un siècle de poncifs qui veut que « l’envoyé spécial » (sic !) à Marseille fasse le voyage, avec sous le bras, le même article réécrit ad nauseam, serti des mêmes clichés, comportant les mêmes interviewés (happy-few ou caricaturaux), qu’il est bon de servir dès lors que l’on passe la ligne des oliviers.

Elle a donc fait sa moue. Les radios nationales (excepté France Culture) et les télévisions (excepté France 3) faisant pour leur part dans le service minimum. Quand les medias étrangers, moins enclins à porter des lunettes jacobines, ont plutôt apprécié ce joyeux melting-pot intergénérationnel (450 000 personnes). Pour autant si l’on peut juger que « l’événementiel » proprement dit était sous-dimentionné au cœur de l’imaginaire phocéen, à savoir le port, il faut en attribuer la responsabilité à l’association MP 2013 qui a tardivement opté pour une équipe du cru.

Cette dernière qui a fort justement choisi de commencer La Parade des lumières dans les quartiers Nord étant limitée par le temps… et les moyens alloués. Façon de dire, n’en déplaise à « l’envoyé spécial » à Marseille de Libération qui affirme doctement qu’il n’y avait que trois personnes en France capables d’assumer ce type d’événement « démesurément populaire », que justement, les acteurs de terrain au sud ont maintes fois fait la preuve de leur savoir-faire (se souvenir de la fabuleuse Massalia, de la Marcéleste, du feu d’artifice de l’an 2000…). Les décideurs et autres « chefs de projets » (issus justement du sérail culturel parisien) auxquels on a confié les clefs de la maison, après avoir mis en avant le multiculturalisme d’une ville-monde et de sa région, s’en étant quelque peu départi, tenant à distance ses imaginaires, ses potentialités, ses radicalités, et ses acteurs de terrain.

Frank Tenaille

Le lancement officiel de l'année Capitale s'est fait lors des journées des 12 & 13 janvier 2013 sur tout le territoire Marseille Provence

www.cesar.fr

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.