joyoca
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2017

Le discrédit des sciences humaines et sociales

Cet article tente brièvement de démontrer que les sciences humaines et sociales sont dévalorisées par rapport aux autres sciences. J'évoque ici quelques exemples illustrant ce fait. Il s'agit aussi d'évoquer des éléments de réponses aux questions suivantes : pourquoi cette dévalorisation ? Quels sont les enjeux d'une meilleure considération de ces sciences ?

joyoca
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Qu’est ce que la science ? Selon la définition la plus classique, la plus basique, la science correspond à l’ensemble des connaissances acquises fiables. Est donc scientifique tout ce qui contribue à créer des connaissances, ou à les approfondir.

Couramment, on distingue trois types de sciences : les sciences dites exactes (mathématiques, physique, etc.) ; les sciences physico-chimiques (science de la nature, médecine, etc.) et les sciences humaines (sociologie, psychologies, de l’éducation, etc.).
Or, je pense que le mot science est souvent utilisé, à tort, pour désigner les sciences mathématiques, ou physico-chimiques. Plus encore, je pense que ces deux types de sciences, sont mieux considérés que les sciences humaines. Ces dernières sont alors parfois oubliées, laissées de côté. Qu’il soit volontaire ou non, cet oubli constitue un dommage considérable. En effet, je pense que les sciences humaines ont beaucoup à nous livrer, et qu’elles devraient être davantage prises en compte. Je vais donner quelques exemples qui me paraissent révélateurs.

Les noms même sont évocateurs. Les mathématiques, la physique, sont considérées comme des sciences exactes. Cela veut-il dire que les autres sciences sont inexactes ? (rappelons que, selon la définition, « exact » veut dire « rigoureusement conforme à la réalité »)

Parlons maintenant du Bac scientifique. Pourquoi s’appelle t-il comme ça ? C’est un bac qui contient un enseignement important en mathématiques, en physique, ou encore en biologie. Cela montre que ces disciplines sont considérées comme « véritablement scientifiques ». Aussi, je pense que ce Bac devrait plutôt s’appeler « bac des sciences exactes » ou « bac des sciences chiffrées et physico-chimique ». Je pense qu’ici les sciences humaines sont oubliées, voire discréditées. De plus, ce Bac est présenter comme LE bac. Si vous êtes un bon élève, c’est dans ce bac que vous devriez finir. Du moins, les profs (et peut-être vos parents) vous y pousseront. Pour l’anecdote, j’ai fait ce Bac, et un prof de maths nous avait sorti : « vous êtes l’élite de la France ». Et, si tout se passe bien pour vous, le chemin naturel est l’école prépa, puis l’école d’ingénieur.

Autre point, les inventeurs. Sont considérés comme inventeurs importants ceux qui ont inventé le moteur, l’électricité, internet, etc... Quant à ceux qui sont à l’origine de découvertes sociales ou psychologiques, il est rare d’entendre leur nom. A la fac, j’ai eu un cours qui s’intitulait « histoire des sciences et des techniques », 90 % du cours parlait des découvertes astronomiques, physiques, mathématiques, de la médecine. Ce cours revient-il à montrer que l’homme n’a pas fait de découverte en science sociale ? Du langage ? De l’éducation ?

Tout cela montre que l’accès aux enseignements des sciences exactes et physico-chimiques est synonyme d’excellence scolaire pour beaucoup d’entre nous. Plus largement, cela montre que ces sciences sont mieux considérées.

J’ai supposé qu’il pouvait y avoir 2 raisons principales à ce fait. La première c’est que les mathématiques, la physique, sont autant de disciplines chiffrées, ce qui leur permet d’être vérifiables aisément et leur donne plus de crédibilité. A l’inverse, les sciences humaines sont plus abstraites : il paraît plus difficile de saisir les concepts des sciences humaines qui ne correspondent parfois pas à une formule mathématique..

Mais pour moi, il y a une autre raison à cela. Il s’agit peut-être d’une volonté politique qui participerait au discrédit des sciences humaines et sociale. Le but de ces politiques étant de servir la croissance économique, technologique… Bref, notre modèle de société, le capitalisme et sa sur-consommation. En effet, ce sont les physiciens, les informaticiens, qui vont produire le smartphone de demain. Smartphone qui sera vendu en quantité et rapportera beaucoup d’argent à ceux qui en ont déjà beaucoup. Eh oui, ce n’est pas le sociologue, ni le philosophe qui va faire s’épanouir le capitalisme. Au contraire, il va peut-être remettre en question ce modèle de société, en imaginer d’autres…

Ainsi, je pense que les politiques mettent l’éducation au service de la production et de la consommation. En effet, ce sont eux qui décident du nom donné au Bac, ce sont eux qui déterminent les matières enseignées à l’école. Pourquoi ne pas introduire les sciences de l’éducation, la sociologie, la psychologie au lycée, ou même au collège ? Plus largement, les sciences humaines et sociales desservent parfois les politiques. En effet, elles expliquent certains phénomènes sociaux devant lesquels ils préfèrent fermer les yeux, et injustifient certaines de leurs mesures, sécuritaires notamment. Ironie du sort, même les sciences humaines sont mises au service du capitalisme. Analyser nos comportements pour mieux vendre. Le service publique, lui même, propose des masters en sociologie-marketing. C’est une perversion.

C’est pourquoi, je pense qu’il est important d’utiliser les bons mots pour les bonnes définitions. Je pense aussi qu’il serait important de mieux considérer les sciences humaines et permettre une plus grande recherche dans ce domaine. Même si les concepts de ces sciences ne sont pas chiffrés, il ne sont pas faux pour autant. Et, l’enjeu est de taille. Il en va de sa considération à son financement pour la recherche. Je pense aussi qu’il y a un travail de décloisonnement mental à effectuer. En effet il me parait important de multiplier les modes de recherches, d’en imaginer de nouveaux. Pourquoi ne pas créer des « sociétés tests »? Pourquoi ne pas tester de nouveaux modes d’apprentissage ? Autre aspect, déjà évoqué plus tôt, ces sciences expliquent certains phénomènes : la délinquance, la dépendance aux drogues, et j’en passe. Or, pour résoudre un problème, il est important d’en cerner les causes. Cela revient à dire, que ces sciences peuvent permettre la résolution de certaines difficultés rencontrées par notre société. Et, il serait peut-être parfois plus judicieux d’investir dans ces forces intellectuelles plutôt que dans des forces armées (service du maintien de l’ordre : police, armée, etc.)

Sur le plan mathématique, astronomique ou encore en physique, les hommes ont fait de nombreuses découvertes. Or, je suis convaincu qu’il y a autant de découvertes sociales et humaines à faire. Et, je pense qu’il est important de s’investir également dans tous les types de sciences et de considérer ces découvertes. L’équilibre entre ces différentes sciences est sans doute important. En effet, je pense que la technologie accumulée au cours des dernières années dépasse notre modèle de société basé sur la consommation. Pour moi, les problèmes écologiques et l’épuisement de certaines ressources en témoignent.

Finalement, pourquoi le bac scientifique de demain ne serait pas un bac comportant les 3 types de sciences ? Il me paraît surtout très important d’utiliser les têtes biens pensantes de notre société à des fins socialement utiles. Je pense que « penser » notre société s’avère indispensable pour la résolution de nombreux problèmes.

Si ce thème vous intéresse, je vous invite à visionner la vidéo suivante : http://www.dailymotion.com/video/x3pku93

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Proche-Orient
À l’hôpital al-Shifa de Gaza, les blessés racontent les bombardements
La bande de Gaza ressort épuisée de cet énième round de violences meurtrières entre Israël et le Djihad islamique palestinien. Malgré la trêve entrée en vigueur dimanche soir, les habitants pleurent leurs morts, les destructions sont importantes, et des centaines de blessés sont toujours à l’hôpital, désespérés par la situation et par les pénuries de médicaments. « J’ai vraiment cru qu’on allait tous mourir, enterrés vivants », raconte un rescapé.
par Alice Froussard
Journal
En Ukraine, les organisations internationales en mal de confiance
Depuis le début du conflit, la société civile ukrainienne s’est massivement mobilisée pour faire face à l’offensive russe. Alors que les organisations internationales sont critiquées, comme on l’a vu encore récemment avec Amnesty International, la plupart de l’aide humanitaire sur le terrain est fournie par des volontaires à bout de ressources.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone