joyoca
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 nov. 2020

Hold-up, l'affaire Dreyfus en streaming

Avant que les pros-Hold-up et les antis-Hold-up ne s'entretuent, j'aimerais moi-même contribuer à ce cercle vicieux qui n'a aucun sens. Non pas que je milite en faveur d'une guerre civile idéologique, c'est plutôt que je m'en voudrais de ne pas saisir l'opportunité d'écrire les paroles de la prochaine chanson de Saez.

joyoca
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Avant que les pros-Hold-up et les antis-Hold-up ne s'entretuent, j'aimerais moi-même contribuer à ce cercle vicieux qui n'a aucun sens. Non pas que je milite en faveur d'une guerre civile idéologique, c'est plutôt que je m'en voudrais de ne pas saisir l'opportunité d'écrire les paroles de la prochaine chanson de Saez.
Titre de la chanson : pourquoi cette virulence ? Cette acharnement ? Cette censure ?  

Jamais je n'ai vu une telle virulence dans les propos que j'ai pu lire sur les réseaux sociaux, que ce soit d'un côté ou de l'autre. Les uns à qui l'on assène des mensonges et des inquisitions de guerre, qu'on prive des libertés les plus fondamentales, qu'on oblige à travailler mais qu'on empêche d'être, entendent pour la première fois depuis 8 mois des propos faisant écho à leur souffrance, leur colère, leur frustration. Les autres, citoyens vigilants ou médias bien-pensants, alliés de la Science, s'apprêtent à répandre la raison sur ce bas-peuple malléable puisqu'infecté des théories les plus farfelues. Ces autre-là qui, sans aucune nuance, fustigent au faux et à la folie et dont on pourrait se demander parfois si tout cela n'est pas un prétexte pour se caresser l'estime. Car, comprenez bien, cracher sur plus bête que soi, ça fait du bien. Ces autres à qui ils ne faut surtout pas dire qu'il existe parfois des conflits d'intérêts au sein des conseils scientifiques ou bien des labos pharmaceutiques, au risque d'être taxer de complotiste. 


Arrogance ou pas, il y a au moins mépris. Il n'y a qu'à voir les visages de ceux qui nous dirigent, certains respirent la haine. Le mépris et l'infantilisation, à eux deux, rythme notre douce journée. Entre port du masque dans les lieux les plus ouverts, interdictions en tous genres, restrictions sous toutes les nuances, on nous déclare la guerre avec des lois qui déjà nous brise le dos. Pendant ce temps, on continue de se pavaner sur les plateaux télés. Les intervenants, sans masque, nous assènent des fleuves de culpabilité. Les marteaux-piqueurs continuent de nous assourdir, ils ne sont que les stylos de ce roman "Pillage et destruction du vivant". Les voitures de nous pourrir l'air. Il faudrait qu'on travaille, il faudrait qu'on consomme, il faudrait qu'on s'abrutisse. 


Mais nous ne devrions pas douter. Pire encore, chaque doute, chaque remise en cause représente un danger, un complot, une folie. Il faudrait là encore qu'on culpabilise car, à la fin c'est le gouvernement qui perd.  


Jamais je ne l'ai ressenti à ce point, le mépris.

J'ai pas vu les couleurs de l'automne, pas une feuille dans un rayon d'1 km. D'ailleurs, ai-je bien mon attestation ?
Quand je sortirai, j'aurais plus de goût
Quand je sortirai, il fera nuit
Quand je sortirai, toute les feuilles seront tombées. Les arbres peut-être aussi.
Quand je sortirai, tout sera cramé.

Alors cette élite bien-pensante, pour qui le sport est un danger, pour qui la nature est un cluster, nous explique qu'il nous faudrait sagement attendre. Et qu'il n'y a aucun soucis à se faire, notre sapin de Noël est bien en vente. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire