1 - L’économie Européenne en chiffres !!!

Ou pourquoi nos ministres de l’économie agissent comme des crétins…

1 - L’économie Européenne en chiffres !!!

Ou pourquoi nos ministres de l’économie agissent comme des crétins…
1 – Une idée des choses

Dans ce billet long comme comme un billet 500 Euros casse en billets de 5, nous allons analyser les différents scenarii de développement pour l’économie Européenne et comprendre pourquoi l’Euro divise plus qu’il ne rassemble.

Une idée des choses...

Le PIB – Produit Intérieur Brut , en gros c’est «la valeur » qu’a produit un pays au cour d’un an.

La dette d’un pays , les engagements financiers qu’un état a contracté et que sous peine de faire faillite, il doit rembourser. Sinon on dit qu’il fait défaut.

Les deux valeurs ne sont pas directement lies, mais pour faire face a ses dettes l’état doit pouvoir encaisser assez d’argent.
Par exemple, si un pays produit et consomme tout ce qu’il produit, l’état va toucher les 20 % ou plus de taxes sur tout le PIB.

Dans ce cas extrême on a donc comme recettes TVA - 20 % du PIB + Impôts => donne les revenus de l’état…
Pour simplifier on prends une base de 20 %. Les riches échappant a l’impôt et les pauvres ont pas les moyens…

Donc si la dette fait 100 % du PIB , et que l’état achète l’argent a 3 % , on aura un budget de l’etat de 20 dont 3 pour le payement de la dette. Soit pour la politique, financement des fonctionnaires, … et investissement sur le futur on a 17 de libres…

Note 1 . A l’extrême(Tatcher et Cie), un tel état s’il fermait tout les services d’états pour ne rembourser que la dette, mettrais près de 6 ans pour rembourser sa dette…

Note 2. L’inflation viens dévaloriser les valeurs futures puisqu’il gonfle artificiellement le volume d’argent sans qu’il y ait plus d’activité… c’ était le remède classique pour au final payer moins… Avec l’Euro c’est plus possible…. Rigueur germanique oblige...

Note 3 : A noter que si le pays produit pour l’exportation, cela réduit d’autant les revenus de l’état car il ne touche pas la TVA sur les produits, mais seulement un reliquat qui correspond aux impôts sur les traitement et salaires et un peu sur les bénéfices.… plus ou moins… a la louche… ceci explique pourquoi l’Allemagne délocalisant sa production dans les pays pauvres, s’enrichit plus qu’elle ne partage, puisque au mieux les profits sont rapatries en Allemagne, plus sûrement dans un pays fiscalement ami… et que la pression sur les salaires fait que la part du travail est très marginale dans ce processus de création de valeur. Sans compter que pour accueillir les entreprises, les pays font de grands investissements qu’ils prennent a leur charge.

Note 4. idem pour la France ... qui délocalise.

 

Ce premier exemple très simplifié va servir de base a l’analyse qui vient et qui va permettre de comprendre les perspectives de nos chers, beaucoup trop cher ministres...

Ces notions se complexifient avec les données dynamiques que sont les taux de croissances, les taux de refinancement et les coûts de la dette.
Il faut donc les comprendre dans un cadre de temps pour leur donner des perspectives.
Cela fera l’objet d’un deuxième billet..

 

En résumé  pour fixer les idées en 2018:

PIB richesse crée / France :  2 777 540 000 000 Euros

Dette de la France                2 323 200 000 000 Euros...  Moins une demie douzaine de homards géants.... a rembourser... soit près de 100% du PIB(a la louche)

Budget de l’état hypothèse PIB * 20 % Budget  France 242 900 000 000 Euros  - 10.6 % du PIB/
Dépense de l’état 329 600 000 000 Euros  France 14,4 % du PIB

Le déficit du budget prévu par l'article 28 du projet de loi de finances4, est de 82,894 milliards d'euros soit 34% des ressources.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_de_l%27%C3%89tat_fran%C3%A7ais_en_2018

Ou l’on voit que dans le panier  percé de crabes de l’économie, il y a beaucoup de homards pour rater de plus de 33 % le budget….

Plus précisément :

https://www.insee.fr/en/accueil

https://ec.europa.eu/eurostat

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.