Revenir aux fondamentaux

Le syndicalisme c'est quoi ? On entend beaucoup parler de "syndicats" dans les médias, sans comprendre réellement. C'est un énorme malentendu, que l'oligarchie en place, entre autre gouvernement, presse, patronnat, alimente depuis trop longtemps.

Le syndicalisme c'est quoi ? On entend beaucoup parler de "syndicats" dans les médias, sans comprendre réellement.
C'est un énorme malentendu, que l'oligarchie en place, entre autre gouvernement, presse, patronnat, alimente depuis trop longtemps.

Pour la grande majorité des salariés, "les syndicats ne font rien" et lorsque vous demandez à l'auteur de l'affirmation gratuite s'il est lui même syndiqué, la réponse est "non".
La grande majorité des salariés croient encore que c'est "le syndicat" qui décide de la lutte à mener, qui agit en son nom pour d'obscurs intérêts.

Petit rappel : le syndicat c'est uniquement des salariés, qui se regroupent au sein d'une association (qu'on appel syndicat) pour défenre leurs droits et en obtenir de nouveaux (on parle alors de syndicalisme revendicatif). Un syndicat est le plus souvent lié à une organisation syndicale, avec des statuts qui donne au syndicats des moyens matériels/humains, etc... On confond syndicats et organisations syndicales, ce qui est une énorme erreur.

Le "syndicat" n'est qu'un outil pour rassembler, assister, aider à organiser la lutte des salariés. Nous avons une histoire syndicale très importante dans notre pays que nous oublions chaque jour un peu plus. L'histoire est très importante car elle permet de comprendre ce qu'on a gagné au travers des luttes syndicales (congés payés, retraite, etc) et comprendre la situation actuelle. Il ne faut pas ignorer les luttes concurrentielles entre formations syndicales, concurrence trop souvent désastreuse, au plus grand bénéfice du patronat.


La syndicalisation étant très faible en France, la combativité ouvrière en a payé le prix, avec une stagnation des salaires depuis une dizaine d'années comme l'a constaté l'INSEE.

Aujourd'hui les salariés, non syndiqués et perdant tout repère, en arrivent à manifester du coté du patronat, comme si le condamné manifestait à coté de son bourreau. Le patronat utilise cette perte de repère pour supprimer d'avantage d'acquis sociaux. On l'a vu à l'oeuvre pendant les "manifestations spontanées" en faveur du travail du dimanche par exemple, sponsorisant les manifestants pour "leur plus grand intérêt" et menant à une confrontation entre les syndicats (les salariés syndiqués) et les salariés non syndiqués. Les patrons se frottent les mains.

Il manque une chose essentielle : l'information à la syndicalisation devraient être prises en charges par l'état, au titre de l'information citoyenne. Comme le droit de vote, le droit de se syndiquer est indispendable à la démocratie du monde de l'entreprise.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.